Télécharger ici la brochure complète

QUE SONT LES DROGUES PAR INHALATION ?

Ce que l’on appelle les « drogues par inhalation », ce sont les vapeurs de stupéfiants toxiques qui sont inhalées dans le but d’atteindre rapidement l’euphorie. Sur les plus de 1000 produits ménagers et autres produits courants dont on peut utiliser abusivement comme une drogue par inhalation, les produits les plus utilisés sont le cirage, la colle, le toluène,1 l’essence, l’essence à briquet, l’oxyde nitreux2 ou le « whippets », la peinture au pistolet, le liquide correcteur, le liquide de nettoyage, le nitrite d’amyle3 ou « poppers », désodorisants pour vestiaire ou « rush », et diluant à peinture ou autres solvants de peinture.
La plupart des effets de ses produits sont similaires aux anesthésiants, qui ralentissent les fonctions corporelles. Après une euphorie initiale et une libération de ses inhibitions, on ressent de la somnolence, des étourdissements et de l’agitation.

Les produits chimiques sont rapidement absorbés par les poumons jusque dans le sang et atteignent rapidement le cerveau et d’autres organes, causant parfois des dommages physiques et mentaux irréversibles.

Les utilisateurs inhalent les vapeurs chimiques directement à partir des récipients ouverts (« sniffing ») ou respirent les fumées des chiffons trempés dans les produits chimiques (« huffing »). Certains se vaporisent la substance directement sur le nez ou la bouche, ou la versent sur leur col, leurs manches ou leurs poignets et les inhalent régulièrement. Dans le « bagging », l’utilisateur peut inhaler des fumées à partir de substances se trouvant dans un sac en papier ou en plastique. Le bagging effectué dans une zone fermée accroît grandement les chances de suffocation.

Le « poppers » et le « whippets », qui sont vendus dans les concerts et les boîtes de nuit, sont composés de produits chimiques toxiques pouvant endommager irrémédiablement le corps et le cerveau.

1. toluène : un liquide incolore utilisé comme solvant et carburant.
2. oxyde nitreux : un gaz incolore, odorant utilisé comme anesthésique.
3. nitrite d’amyle : substance jaune pâle utilisée pour déboucher ou dilater les vaisseaux sanguins et quelquefois consommée comme drogue par inhalation.

NOMS COURANTS – DROGUES PAR INHALATION :

  • Air blast
  • Ames
  • Amys
  • Bang
  • Bolt
  • Boppers
  • Bullet
  • Climax
  • Colle
  • Explosive
  • Hardware
  • Gluey
  • Kix
  • Pep
  • Hippie crack
  • Sniff
  • Gaz
  • Locker room
  • Vitesse
  • Nettoyeur de tête de magnétoscope
  • Parfum d’ambiance
  • Pearls
  • Poor man’s pot
  • Poppers
  • Quick silver
  • Rush
  • Satan’s secret
  • Shoot the breeze
  • Snappers
  • Snotballs
  • Spray
  • Texas shoe shine
  • Thrust
  • Toilet water
  • Toncho
  • Whippets
  • White-out

COMMENT LES DROGUES PAR INHALATION AFFECTENT-ELLES VOTRE ORGANISME ?

L’utilisation de drogues par inhalation peut endommager le cœur, les reins, le cerveau, le foie, la moelle épinière et d’autres organes.

Les drogues par inhalation privent le corps d’oxygène et forcent le cœur à battre irrégulièrement et plus rapidement.

Les utilisateurs éprouvent des nausées et des saignements de nez et perdent l’ouïe et l’odorat. L’usage continu peut faire fondre les muscles et leur enlever de la tonicité. De plus, les poisons chimiques endommagent progressivement les poumons et le système immunitaire.

Les consommateurs de produits inhalés peuvent connaître une mort subite. La mort peut se produire dès la première expérience d’inhalation ou bien au bout de la centième.
« Ce fut une escalade régulière, depuis le sniff de colle, le sniff de gaz, jusqu’aux champignons magiques, qui s’est poursuivie jusqu’à l’âge de 17 ans. Puis j’ai commencé le cannabis. Je dépensais mon argent dans autant de cannabis que je pouvais en trouver. Puis j’ai eu l’âge d’aller en boîtes et j’ai donc commencé les amphétamines et l’ecstasy…

« J’ai commencé à traîner avec des gens qui prenaient de l’héroïne et rapidement j’en ai pris de plus en plus, jusqu’à la dépendance. Je n’avais alors aucune idée des dommages que cela me créerait par la suite… que j’allais purger une peine de prison après l’autre, cambriolant les maisons, volant ma famille. Toute la douleur et le chagrin que j’ai causés étaient pires que de leur voler des objets. » Dennis

Quand j’étais en 4e année d’école primaire (CM1), un « ami » m’a fait connaître les drogues par inhalation. Étant jeune et ne connaissant pas grand-chose, j’ai commencé à sniffer des chiffons imbibés tous les jours jusqu’en troisième. Mes fonctions motrices en ont pris un coup et je reste assis pendant des heures à regarder dans le vide sans qu’une seule pensée me traverse l’esprit. C’est comme si mon corps était là, mais pas moi. J’ai du mal à garder mon travail et ça fait douze ans que je vis seul. J’ai l’air normal vu de l’extérieur, mais quand j’essaye d’attirer l’attention et de parler aux femmes, alors ça devient évident que je ressemble pas mal à un légume. J’en ai marre de vivre comme ça et je préférerais être mort plutôt que de continuer à vivre cette vie, parce que de toute façon, j’ai l’impression d’être déjà mort. » John

EFFETS DES DROGUES PAR INHALATION

EFFETS À COURT TERME

La plupart des drogues par inhalation agissent directement sur le système nerveux et produisent des effets altérant le mental. En quelques secondes, l’utilisateur ressent une certaine ébriété et rencontre d’autres effets similaires à ceux de l’alcool. Il existe une série d’effets au moment de l’inhalation ou peu après, notamment :

  • Difficulté à articuler
  • Semble soûl, étourdi ou abruti
  • Incapacité à coordonner les mouvements
  • Hallucinations et illusions
  • Hostilité
  • Apathie
  • Jugement altéré
  • Inconscience
  • Maux de tête violents
  • Rougeurs autour du nez et de la bouche
  • L’inhalation prolongée de ces produits chimiques peut accélérer et perturber le rythme des battements du cœur, causer une défaillance cardiaque et entraîner la mort en quelques minutes
  • La mort par suffocation peut se produire quand l’oxygène dans les poumons est remplacé par le produit chimique qui s’introduit ensuite dans le système nerveux central, ce qui provoque un arrêt respiratoire

EFFETS À LONG TERME

Les personnes consommant des drogues depuis longtemps ont souffert de :

  • Faiblesse musculaire
  • Désorientation
  • Un manque de coordination
  • Irritabilité
  • Dépression
  • Dommages sérieux et parfois irréversibles au cœur, au foie, aux reins, aux poumons et au cerveau
  • Une dégradation de la mémoire, une diminution de l’intelligence
  • Perte de l’audition
  • D’atteintes à la moelle osseuse
  • Ou ont trouvé la mort suite à une insuffisance cardiaque ou une asphyxie (perte d’oxygène)
  • L’utilisation chronique de drogues par inhalation a été associée à un certain nombre de sérieux problèmes de santé. Sniffer de la colle et des diluants provoque des problèmes de reins. Sniffer du toluène et d’autres solvants peut endommager le foie. L’abus de drogues par inhalation a aussi entraîné une dégradation de la mémoire et une diminution de l’intelligence.

LES DROGUES PAR INHALATION CRÉENT-ELLES UNE DÉPENDANCE ?

Les drogues par inhalation peuvent entraîner une dépendance physique et psychologique. Les utilisateurs signalent un fort besoin d’utiliser ces produits, en particulier après une utilisation prolongée de plusieurs jours.

Les consommateurs habituels qui arrêtent les drogues par inhalation souffrent de symptômes de manque comme la nausée, une sudation excessive, des crampes musculaires, des maux de tête, des refroidissements, une agitation, avec des tremblements et des hallucinations. Dans des cas sévères, le manque peut entraîner des convulsions.

« Demain, c’est la sixième année où nous commémorerons la mort de notre fils Justin. Il avait 16 ans. Il est mort d’intoxication après avoir inhalé un désodorisant. Sa mort inutile a sérieusement ébranlé tous ceux qui le connaissaient. Justin était un bon élève qui aimait la vie et montrait un grand enthousiasme… Il était une source d’inspiration pour de nombreuses personnes… S’il avait su les risques qu’il prenait, il serait peut-être ici avec nous aujourd’hui. Cette question me hantera toujours. » Jackie

STATISTIQUES INTERNATIONALES

22 % des toxicomanes morts d’overdose due à des drogues par inhalation n’avaient jamais pris de drogues de ce genre auparavant. À Karachi, au Pakistan, 80 à 90 % des enfants sans foyer sniffent de la colle ou des solvants.
Une enquête américaine, combinant des données de 2002 à 2006, a constaté qu’une moyenne annuelle de 593 000 adolescents âgés de 12 à 17 ans ont pris des drogues par inhalation pour la première fois l’année précédant l’enquête.

Plus de 22,9 millions d’Américains ont fait l’expérience de drogues par inhalation à un moment ou un autre de leur vie.
D’après des statistiques publiées en 2008, un seul État des États-Unis a comptabilisé plus de 3800 passages aux urgences et 450 hospitalisations dans l’année liés à des empoisonnements par des drogues par inhalation.
Aux États-Unis, un élève sur cinq qui commence l’école secondaire aura pris des drogues par inhalation. En 2007, les drogues par inhalation étaient les drogues les plus souvent consommées par les jeunes âgés de 12 ou 13 ans.
22 % des consommateurs de drogues par inhalation qui sont morts du syndrome de mort subite n’avaient pas consommé de drogues par inhalation dans le passé. Ils utilisaient ces produits pour la première fois.
D’après le Projet de l’École Européenne sur l’alcool et autres drogues, 20 % des jeunes de 12 à 16 ans ont pris des drogues par inhalation.
À Nairobi, au Kenya, on estime que 60 000 enfants vivent dans les rues et que presque tous sont accros aux drogues par inhalation.
On estime à 14 000 le nombre d’enfants sans foyer dans la ville pakistanaise de Karachi, dont 80 à 90 % sniffent de la colle ou des solvants.
Aux États-Unis, l’enquête nationale de 2006 sur la consommation de drogue et la santé montre que 1,1 million de jeunes entre 12 et 17 ans avaient pris des drogues par inhalation durant l’année.

DIFFÉRENTS TYPES DE DROGUES PAR INHALATION

Les drogues par inhalation peuvent être classées en quatre types différents :

LES LIQUIDES qui s’évaporent à température ambiante. On les trouve dans de nombreux produits ménagers et industriels facilement disponibles comme les diluants, les dégraisseurs, l’essence, la colle, les fluides correcteurs et les marqueurs.

LES SPRAYS comme les bombes de peinture, les déodorants et les laques à cheveux, les diffuseurs d’huile végétale pour la cuisine et les aérosols de protection de tissu.

LES GAZ, notamment les anesthésiants médicaux (éther, chloroforme et oxyde nitreux, généralement nommé « gaz hilarant »), les briquets au butane, les citernes de propane, les bombes de chantilly et les réfrigérants.

LES NITRITES (un composé chimique qu’on trouve dans les conservateurs pour aliments, le nettoyant pour cuir, les désodorisants, etc.) sont considérés comme une catégorie spéciale de drogues par inhalation agissant directement sur le système nerveux central, le cerveau et la moelle épinière. Ils sont principalement utilisés comme excitants sexuels et sont connus sous le nom de « poppers » ou « snappers ».

« Un copain m’a donné de la colle pendant trois jours, sans rien me faire payer. Le quatrième jour, il m’a demandé de l’argent. J’étais alors accro et j’ai dû lui donner de l’argent pour avoir un tube de colle. Il me fallait quotidiennement plusieurs tubes de colle. » Marty

« Je me suis surpris en fait en train de parler à ce que j’appelle des “copains évaporés” (des hallucinations). Un jour que je sniffais, j’ai pensé que mon copain était mort, car son hallucination était venue jusqu’à moi.

« Je me suis retrouvé à sniffer non seulement pour l’aspect visuel, mais aussi pour la compagnie de ces “amis” imaginaires venant à moi lorsque je commençais à sniffer. Je lutte contre cette dépendance depuis environ sept mois maintenant. » Erin

LES DROGUES PAR INHALATION SONT-ELLES LÉGALES ?

Bien que les drogues par inhalation ne soient pas réglementées par la loi américaine régissant les substances contrôlées, trente-huit États aux États-Unis ont émis des restrictions sur la vente et la distribution aux mineurs de certains produits qui sont communément abusivement utilisées comme une drogue par inhalation. Certains États ont mis en place des amendes, des peines de prison ou un traitement obligatoire en cas de vente, de distribution, d’utilisation et/ou de possession de produits chimiques à inhaler.

Certains États des États-Unis ont aussi promulgué une loi interdisant l’inhalation du protoxyde d’azote pour le plaisir.

Certaines régions d’Australie-Occidentale et d’Australie du Sud ont passé des lois qui stipulent que sniffer de l’essence est une infraction. Dans l’état de Victoria et en Australie-Occidentale, la police est autorisée à fouiller quelqu’un lorsqu’elle soupçonne qu’il est en possession d’un produit qu’il inhale et elle peut confisquer ce produit.

L’Angleterre et le Pays de Galles ont interdit aux détaillants la vente de substances volatiles aux moins de 18 ans, si l’on soupçonne une utilisation à des fins d’inhalation pour avoir « un trip ».

DROGUES PAR INHALATION : UN PEU D’HISTOIRE

L’inhalation de fumées chimiques comme l’encens, les huiles, les résines, les épices et les parfums pour altérer la conscience ou faisant partie de cérémonies religieuses remontent à l’ancienne Égypte, à Babylone (l’Irak actuel), à l’Inde et à la Chine.

D’après certains chercheurs, l’inhalation de vapeurs pour altérer la conscience était pratiquée par les prêtresses de l’Oracle de Delphes1 dans la Grèce antique.

Au début des années 1800, l’oxyde nitreux, l’éther et le chloroforme étaient des anesthésiants fréquemment utilisés comme stupéfiants.

Sir Humphry Davy
L’oxyde nitreux était considéré comme un substitut bon marché de l’alcool et fut rendu populaire par le scientifique anglais Sir Humphry Davy. Il organisait des fêtes où il y avait de l’oxyde nitreux et l’avait nommé en 1799 « gaz hilarant ». Ayant remarqué son effet anesthésiant, Humphry Davy proposa que le gaz soit utilisé pour des opérations chirurgicales, mais il fallut encore un demi-siècle avant que l’essai soit fait.

L’utilisation des anesthésiants pour se droguer a continué pendant tout le dix-neuvième siècle en Europe et aux États-Unis.

L’éther était utilisé comme une drogue à l’époque de la prohibition, dans les années vingt, quand l’alcool était devenu illégal aux États-Unis.

Dans les années 1940, l’utilisation de solvants pour se droguer, principalement l’essence, est devenue populaire.

La consommation des drogues par inhalation aux États-Unis a augmenté dans les années 1950 et est à présent largement répandue parmi les adolescents.

Dans les années 1960, la pratique de l’inhalation de solvant s’est répandue et toute une variété de produits commerciaux, notamment les diluants de peinture, la laque, les dissolvants de vernis à ongles, le cirage, l’essence à briquet, la peinture au pistolet et autres ont commencé à être utilisés.

Plus récemment, l’inhalation de colle et de gaz est devenue un problème majeur pour les enfants sans abri, en Asie du Sud, au Mexique, en Europe de l’Est, au Kenya et dans d’autres parties du monde. Les enfants sans foyer inhalent ces produits pour oublier la douleur causée par la faim, le froid et le désespoir.

L’inhalation de gaz et de peinture au pistolet est également courante dans des régions retirées du Canada, d’Amérique, d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de certaines îles du Pacifique.

1. Les Grecs croyaient que le dieu Apollon parlait aux prêtresses à travers l’oracle de Delphes, un ancien sanctuaire.