Télécharger ici la brochure complète

DANSER AVEC LA MORT ?

L’ecstasy est illégale. La brigade des stupéfiants américaine (Drug Enforcement Administration) classe l’ecstasy comme une drogue faisant partie du « Tableau I », description réservée aux substances dangereuses sans utilisation médicale reconnue. Parmi les autres drogues du Tableau 1, on trouve l’héroïne et le LSD. En 2003, plus de 798 personnes ont été interpellées pour trafic ou usage d’ecstasy ; plus de 2 millions de comprimés d’ecstasy et 0,3 tonne d’amphétamines ont été saisis en France (19 millions de comprimés dans les pays de l’Union européenne).

En France, le nombre de personnes âgées de 12 à 75 ans ayant consommé de l’ecstasy au moins une fois dans leur vie est estimé à 500 000, dont 200 000 usagers au cours de l’année. Des jeunes sont morts parfois après une seule dose.

L’ecstasy est une drogue extrêmement dangereuse quand elle est mélangée à de l’alcool et peut entraîner la mort. La nocivité de cette drogue de synthèse est telle que les incidents signalés par les services des urgences ont augmenté de plus de 1200 % depuis que l’ecstasy est devenue la drogue des boîtes de nuit et des « raves ».

VOULEZ-VOUS VRAIMENT PARTICIPER À CE GENRE DE TEUF ?

Niki était comme la plupart des jeunes qui vont dans les raves. Elle pensait échapper à ses problèmes et passer un bon moment et elle avait projeté d’y passer la nuit avec ses amis. L’un d’entre eux avait une bouteille d’ecstasy liquide dans sa voiture et ils ont commencé à en prendre. Bientôt la drogue a commencé à agir et Niki a dansé, dansé et dansé, bien au-delà de ses limites habituelles. Comme l’un de ses amis l’a raconté plus tard à la police : « Niki ne sentait plus rien. »

Le lendemain matin, Niki était morte. L’ecstasy l’avait emportée.

« Ça ne m’arrivera pas. Pas à moi… », pensez-vous. Peut-être pas, mais voulez-vous vraiment courir le risque ?

« Dans une rave, j’ai vu un type bourré d’ecstasy répéter pendant des heures : “Je suis une orange, ne me pelez pas, je suis une orange, ne me pelez pas.Un autre type se prenait pour une mouche et n’arrêtait pas de se taper la tête contre une vitre. » Liz

L’ECSTASY, QU’EST-CE QUE C’EST ?

L’ecstasy a été développée pour la première fois en 1912 par le géant pharmaceutique allemand Merck. L’ecstasy était d’abord connu sous le nom de méthylène-dioxyméthamphétamine (MDMA). En 1953, la MDMA a été utilisée par l’armée américaine lors de recherches sur la guerre psychologique ; elle a refait surface dans les années 1960 comme psychotrope pour « diminuer les inhibitions1 ». C’est seulement après 1970 que la MDMA est devenue une drogue récréative illégale.

Dans les années 1980, la MDMA est présentée comme « le truc le plus chaud dans la quête incessante de la pilule du bonheur » et devient la drogue à la mode. En 1984, la MDMA, encore autorisée, est vendue sous le nom d’« ecstasy », mais en 1985, son usage est interdit aux États-Unis à cause des risques qu’elle fait courir.

Depuis, l’ecstasy est devenue un terme « marketing » générique utilisé par les dealers qui vendent des produits du genre « ecstasy », pouvant contenir peu ou pas du tout de MDMA. Si les effets de la MDMA elle-même peuvent être nocifs, ce qu’on appelle aujourd’hui ecstasy peut contenir une large variété de substances : MDA, MDE, LSD, cocaïne, héroïne, amphétamines, méthamphétamine, voire mort-aux-rats, caféine, vermifuge pour chiens, etc. Malgré les jolis logos figurant sur les pilules, c’est ce qui rend l’ecstasy particulièrement dangereuse et provoque de nombreux accidents chez ceux qui en prennent pour la première fois : un consommateur ne sait jamais vraiment ce qu’il avale. Les risques augmentent quand le consommateur augmente la dose pour essayer de planer comme avant, car il peut sans le savoir absorber une combinaison de drogues entièrement différente.

L’ecstasy se présente en général sous forme de comprimé, mais peut aussi être injectée ou prise autrement. L’ecstasy liquide est en fait du GHB (Gamma Hydroxybutyrate), qui a des effets dépresseurs sur le système nerveux : cette substance se trouve aussi dans les déboucheurs de canalisations, les nettoyants pour sols ou les solvants de dégraissage.

1. inhibitions : idées ou règles qui bloquent une personne et l’empêchent d’agir.

NOMS COURANTS

ECSTASY

Adam

Cadillac

Air ball

California Sunset

Clarté

EEssenceÉléphants

Eve

Hug

Hug drug

EsPilule de l’amourSpeed de l’amoureux

Roll

Jelly beans

Snowball

XXE

XTC

RÊVE OU CAUCHEMAR ?

  • Selon l’Enquête nationale de 2007 sur les drogues et la santé, 12,4 millions d’Américains âgés de 12 ans ou plus ont expérimenté l’ecstasy au moins une fois dans leur vie, ce qui représente 5 % de la population américaine dans ce groupe d’âge.
  • Les résultats de l’enquête de 2007 indiquent que 2,3 % des élèves de quatrième, 5,2 % des élèves de seconde et 6,5 % des élèves de terminale avaient essayé l’ecstasy au moins une fois.
  • 92 % pour cent des personnes qui commencent à prendre de l’ecstasy prennent d’autres drogues par la suite, comme le cannabis, les amphétamines, la cocaïne et l’héroïne.

UNE FAUSSE PILULE DE L’AMOUR DÉMASQUÉE

L’ecstasy est souvent appelée « pilule de l’amour » parce qu’elle intensifierait les perceptions des couleurs et du son ainsi que les soi-disant sensations tactiles, en particulier dans les rapports sexuels.

Mais l’ecstasy contient souvent des hallucinogènes, drogues qui agissent sur le mental et amènent les gens à voir ou à ressentir des choses qui ne sont pas vraiment là. Les hallucinogènes brouillent les images emmagasinées dans le mental et peuvent replonger une personne dans une expérience effrayante ou triste de son passé, où elle se bloque sans même s’en rendre compte.

L’histoire de la drogue est remplie de mensonges. L’ecstasy « pilule de l’amour » n’est qu’une fausse promesse de plus.

L’ecstasy est éprouvante émotionnellement et les consommateurs souffrent souvent de dépression, de confusion, d’anxiété prononcée, de paranoïa1, de comportements psychotiques et d’autres problèmes psychologiques.

« Il n’y a rien de mal à participer à des raves, à condition de ne pas prendre d’ecsta. Dès que tu commences à en prendre, tu penses que les gens qui te conseillent d’arrêter sont tous des idiots. Tu crois que tu as découvert quelque chose d’extraordinaire et ce n’est pas la peine que les autres essaient de te dire le contraire. Quand tu as pris goût à l’ecstasy, c’est trop tard, tu es pris dans l’engrenage. » Pat

1. paranoïa : suspicion, méfiance ou peur des autres.

LES CONSÉQUENCES DE LA CONSOMMATION D’ECSTASY

L’ecstasy neutralise les signaux d’alarme naturels émis par le corps. En conséquence, après avoir pris la drogue, un individu risque d’aller au-delà des limites de sa résistance physique. Par exemple, une personne qui prend de l’ecstasy peut ne pas se rendre compte qu’elle a trop chaud et elle peut s’évanouir ou même mourir d’un coup de chaleur.

Une étude menée par le Centre de recherches sociales de l’université du Texas a mis en évidence que les effets à long terme les plus fréquemment signalés de l’ecstasy incluaient la dépression et une capacité de concentration réduite. Les chercheurs ont également découvert que la prise répétée d’ecstasy s’accompagnait de somnolence, de mauvaise humeur et de troubles de l’anxiété, de tremblements ou de tressaillements et de problèmes de mémoire.

« Heureusement, je suis vivante, mais je dois faire face aux jours, aux mois, aux années à venir après ce traumatisme. Je dois faire avec les conséquences pour le reste de ma vie… J’en ai vu de toutes les couleurs : dépression, anxiété, stress, cauchemars récurrents, maux de tête terribles : j’ai vécu tout ça à cause de l’ecstasy. J’en suis presque morte. Il a suffi d’une nuit, de quelques pilules d’ecstasy et d’alcool. Cette drogue est mortelle et j’ai de la chance de m’en être sortie vivante. C’est incroyablement dur de devoir supporter continuellement ces cauchemars. Je me réveille en sueur, soulagée de voir que ce n’était qu’un autre cauchemar. J’espère qu’un jour les cauchemars disparaîtront… Aucune défonce n’en vaut la peine. » Megan

EFFETS À COURT TERME :

  • Jugement altéré
  • Sens déformé de l’affection
  • États confusionnels
  • Dépression
  • Insomnie
  • Anxiété sévère
  • Paranoïa
  • État de manque
  • Contraction musculaire
  • Évanouissements et frissons ou gonflements
  • Crispation des muscles de la mâchoire
  • Vision brouillée

EFFETS À LONG TERME :

  • Lésions cérébrales affectant la pensée et la mémoire
  • Lésions des parties du cerveau régulant des fonctions vitales comme l’étude, le sommeil et l’émotion
  • C’est comme si le tableau de contrôle du cerveau avait été démantelé puis mal reconnecté
  • Dégénérescence des fibres et des terminaisons nerveuses
  • Dépression, anxiété, perte de mémoire
  • Insuffisance rénale
  • Hémorragie
  • Psychose
  • Effondrement cardiovasculaire1
  • Convulsions
  • Décès

1. cardiovasculaire : qui concerne à la fois le cœur et les vaisseaux sanguins.

 

EST-CE QUE JE PEUX DEVENIR ACCRO À L’ECSTASY ?

L’ecstasy peut-elle provoquer une dépendance ? Beaucoup le pensent. En tout cas, un consommateur est exposé à 4 dangers véritables :

DANGER N° 1 : En 1995, moins de 10 % des pilules d’ecstasy sur le marché étaient de la MDMA pure. Aujourd’hui, le consommateur d’ecstasy absorbe en général un mélange de drogues variées et souvent toxiques.

DANGER N° 2 : Il faut continuellement augmenter les quantités absorbées pour obtenir le même effet. Les consommateurs disent que l’effet de l’ecstasy est considérablement réduit après la première dose. Comme la personne prend des quantités de drogue de plus en plus grandes, les effets secondaires nocifs augmentent en conséquence.

Puisque l’effet créé par la drogue diminue, une personne essaye souvent d’autres drogues encore plus dangereuses.

DANGER N° 3 : Les consommateurs ressentent parfois le besoin de prendre d’autres drogues comme de l’héroïne ou de la cocaïne afin d’apaiser une douleur mentale ou physique survenant quand les effets de l’ecstasy se dissipent ; 92 % de ceux qui prennent de l’ecstasy prennent également d’autres drogues plus dures.

DANGER N° 4 : L’idée fausse selon laquelle on ne se sent bien qu’en prenant de l’ecstasy amène quelqu’un à en prendre bien plus souvent qu’à l’occasion des raves et des soirées techno. Comme pour les autres drogues stimulantes, les gens continuent à en prendre en dépit des effets secondaires physiques désagréables.

« J’entends beaucoup de gens parler d’ecstasy et dire que c’est une drogue amusante et inoffensive. Et je me dis : “Si seulement ils savaient.

« En cinq mois, j’étais devenue quelqu’un qui se foutait de tout, et plus je me défonçais, plus je plongeais dans les ténèbres de la solitude. Quand j’arrivais à dormir, j’avais des cauchemars et des tremblements. Ma peau était blanchâtre, j’avais tout le temps mal à la tête et je commençais à me sentir paranoïaque, mais je pensais que c’était normal. Jusqu’à cette nuit où j’ai cru mourir. »

« L’ecsta m’a fait perdre mes forces, ma motivation, mes rêves, mes amis, mon appartement, mon argent et surtout, ma santé d’esprit. Je m’inquiète chaque jour de mon avenir et de ma santé. J’ai beaucoup d’obstacles à franchir, mais j’ai bien l’intention de continuer à me battre, car je suis l’une de celles qui ont eu la chance de s’en sortir. » Lynn

INFORMATIONS SCIENTIFIQUES

De très nombreuses études ont été menées sur l’ecstasy. Ces études montrent que :

  • L’absorption d’ecstasy peut provoquer une défaillance du foie, comme dans le cas de cette jeune fille de 14 ans qui est décédée malgré la greffe du foie tentée par les médecins pour la sauver.
  • L’ecstasy est parfois mélangée à des substances comme la mort-aux-rats.
  • Des jeunes sont morts de déshydratation, d’épuisement ou de crise cardiaque après une overdose d’ecstasy.
  • L’ecstasy peut endommager les reins, le foie et le cerveau, créant notamment des lésions durables des tissus cérébraux.
  • Même une petite quantité d’ecstasy peut être assez toxique pour empoisonner le système nerveux et causer des lésions irréparables.

COUPER COURT AU BATTAGE MÉDIATIQUE SUR LA DROGUE

L’image « positive » de la drogue provient en grande partie de la publicité que lui a faite le monde du cinéma et de la musique.

Quand une nouvelle substance apparaît sur le marché, elle n’est souvent considérée comme dangereuse que bien plus tard, lorsque le mal est fait. Dans ce cas, l’idée fausse que la drogue est « inoffensive » a déjà largement fait son chemin.

L’ecstasy a fait l’objet d’une propagande de ce genre. Comme l’a fait remarquer un observateur de la presse : « C’est presque comme si un génie du marketing lui avait préparé une campagne publicitaire sur mesure. »

 

CE QUE LES DEALERS VOUS DIRONT

Lorsque des adolescents ont été interrogés pour savoir pourquoi ils avaient commencé à se droguer, 55 % ont répondu qu’ils l’avaient fait sous la pression de leurs amis. Ils voulaient être cool et populaires. Les dealers le savent.

Ils vont vous approcher comme un ami et vous proposer de vous « aider » avec quelque chose qui « va vous remonter ». La drogue vous « aidera à entrer dans le moule » ou « à avoir l’air cool ».

Les dealers, motivés par le profit, diront n’importe quoi pour que vous achetiez leurs drogues.

Ils vous diront que si vous prenez de l’ecstasy, « vous aurez beaucoup de filles ».

Ils se fichent pas mal de savoir si les drogues détruisent votre vie, du moment qu’ils sont payés. Ils ne se soucient que de l’argent. D’anciens dealers ont admis qu’ils considéraient leurs acheteurs comme des « pions sur un échiquier ».

Obtenez de vraies informations sur la drogue. Prenez vos propres décisions.

LA VÉRITÉ SUR LA DROGUE

La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogue.

Les drogues sont essentiellement des poisons. L’effet dépend de la quantité absorbée.

Une faible quantité agit comme un stimulant (vous excite). Une plus grande quantité agit comme un sédatif (vous ralentit). Une quantité encore plus grande vous empoisonne et vous tue.

C’est vrai pour n’importe quelle drogue. Seule la quantité nécessaire pour obtenir un effet change.

Mais la plupart des drogues comportent un autre risque : elles affectent directement le mental. Elles peuvent modifier la perception de l’utilisateur par rapport à ce qui se passe autour de lui. Résultat : les actions de la personne peuvent s’avérer bizarres, irrationnelles, inappropriées, voire destructrices.

Les drogues bloquent toutes les sensations, souhaitables ou non. Ainsi, tout en apportant une aide à court terme en soulageant la douleur, elles effacent également toute capacité et vivacité en troublant la pensée.

Les médicaments sont des drogues conçues pour accélérer, ralentir ou modifier d’une façon ou d’une autre la manière dont votre corps fonctionne, pour tenter d’améliorer son fonctionnement. Ils sont parfois nécessaires. Mais cela reste des drogues : ils agissent en tant que stimulants ou sédatifs, et en prendre trop peut vous tuer. Aussi, si vous n’utilisez pas ces médicaments selon leur prescription, ils peuvent s’avérer aussi dangereux que des drogues illégales. La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogue.

Pourquoi les gens prennent-ils de la drogue ?

Les gens prennent de la drogue parce qu’ils veulent changer quelque chose dans leur vie.

Voici quelques-unes des raisons données par les jeunes :

  • Pour se sentir dans le coup
  • Pour s’évader ou se relaxer
  • Par ennui
  • Pour se sentir adulte
  • Pour se rebeller
  • Pour faire une expérience

Ils pensent que la drogue est une solution. Mais par la suite, la drogue devient le problème.

Aussi difficile que cela puisse être de faire face à ses problèmes, les conséquences de la consommation de drogues sont toujours pires que le problème que l’on essaie de résoudre en en prenant. La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogue.

ASSUREZ-VOUS QUE D’AUTRES CONNAISSENT LES FAITS

Ces pages de dites non à la drogue sont des extraits de nos 13 livrets faciles à lire de la série « La vérité sur la drogue ».

 

Ces livrets sont gratuits et peuvent être commandés ou télécharger. Vous pouvez les donner à des amis, à votre famille et à d’autres personnes qui devraient connaître les informations qu’ils contiennent.

Voir les références fournies dans La vérité sur l’ecstasy ici.

Incitez d’autres personnes à consulter le site.