Télécharger ici la brochure complète

QU’EST-CE QUE LE CANNABIS ?

Le cannabis est le mot utilisé pour désigner les fleurs, les graines et les feuilles séchées du chanvre indien. Dans la rue, on l’appelle astro turf, pot, herbe, foin, huile, pneu, ganja, teuch, fumette, dope, chanvre, marie-jeanne, chichon, résine et thé du Texas.

image01-what-is-marijuana_2_frLe haschich est une forme proche de cette drogue, faite à partir des résines du chanvre indien. Appelé également « chocolat », « hash » ou « shit », il est environ 6 fois plus fort que le cannabis.

Le mot « cannabis » décrit n’importe quelle drogue extraite du chanvre indien (plante également appelée « cannabis sativa »), y compris la marijuana et le haschich.

Quel que soit son nom, cette drogue est un hallucinogène, une substance qui déforme la façon de percevoir l’environnement.

Ses effets proviennent avant tout d’un de ses principaux composés chimiques, le « tétrahydrocannabinol » (THC). La quantité de THC présente dans un joint est assez variable, mais en moyenne le taux de THC a fortement augmenté ces dernières années.

COMMENT LE CONSOMME-T-ON ?

marijuana-leavesLe haschich est une résine ocre, brune ou noire qui est séchée et pressée sous forme de barre, de bâtonnet ou de boulettes. Lorsque le cannabis et le haschich sont fumés, ils ont une odeur douceâtre très particulière.

Le cannabis est la drogue illégale la plus couramment consommée dans le monde. Une enquête menée en 2007 a révélé que 14,4 millions de personnes aux États-Unis avait fumé du cannabis au moins une fois au cours du mois précédent.

Le cannabis est généralement fumé sous forme de cigarette (joint), mais peut aussi être fumé avec une pipe. Moins souvent, il est mélangé à la nourriture ou infusé comme du thé. Parfois, les utilisateurs ouvrent des cigares et retirent le tabac, le remplaçant par de l’herbe : ceci s’appelle un « blunt ». Parfois, les joints et les blunts sont mélangés à d’autres drogues plus puissantes, comme le crack, la cocaïne ou la poudre d’ange (phencyclidine, ou PCP : un hallucinogène puissant, connu pour créer des comportements violents et des réactions physiques comme des crises cardiaques, un coma et même la mort).

hashishQuand une personne fume un joint, elle en ressent généralement l’effet en quelques minutes. Les sensations immédiates — accélération du rythme cardiaque, perte de coordination et d’équilibre, sensation d’irréalité « comme dans un rêve » — sont à leur paroxysme dans les 30 premières minutes. Ces effets à court terme disparaissent généralement en deux ou trois heures, mais ils peuvent durer plus longtemps, selon la quantité absorbée, la puissance du THC et la présence d’autres drogues dans le mélange.

Le consommateur moyen inhale plus de fumée et la conserve plus longtemps que celle d’une cigarette ; un joint crée donc un grave effet sur ses poumons. Au-delà des problèmes de maux de gorge et de poitrine, il a été démontré qu’un joint est aussi cancérigène que la fumée de 5 cigarettes.

Les conséquences psychologiques du cannabis sont également graves. Les consommateurs de cannabis ont une mémoire et des aptitudes mentales moins bonnes que ceux qui n’en prennent pas.

Les animaux auxquels des chercheurs ont donné du cannabis ont également souffert de lésions au cerveau.

NOMS COURANTS

CANNABIS :

Astro turf

Teuch

Blunt

Boom

Chronic

Fumette

Dope

Gangster

Ganja

Moquette

Chanvre

Herbe

Résine

J

Kiff

Marie-Jeanne

Nederweed

Pot

Purple haze

Chichon

Savonnette

Smoke

Skunk

Super skunk

Thé du Texas

Foin

Huile

Pneu

 

 

HASCHICH: 

Chocolat

Hasch

Shit

 

CANNABIS : SON HISTOIRE

Le chanvre indien (dont le cannabis et le haschich sont extraits) est cultivé pour ses propriétés hallucinogènes depuis plus de 2000 ans.

hemp-plant-smoking-jointLe cannabis contient plus de 400 agents chimiques, mais l’ingrédient principal qui affecte le mental est le THC. La quantité de THC contenue dans le chanvre détermine la puissance de la drogue et dépend entre autres du climat, du sol et d’autres facteurs. Mais grâce aux techniques de culture modernes, les pousses de chanvre ont développé des souches à plus haute teneur en THC. Le taux de THC est passé de 1 % en 1974 à 4 % en 1994. En 2008, le niveau a atteint 9,6 %, soit le plus haut niveau jamais atteint depuis le début de l’analyse de la drogue dans les années 1970.

Une forme de cannabis nommée « sinsemilla » (sans pépins en espagnol) peut avoir des taux de THC compris entre 7,5 % et 24 %.

ALCOOL ET CANNABIS

La déclaration « fumer un joint n’est pas plus dangereux que de boire un verre d’alcool » est-elle vraie ?

À vous de décider. Voici les faits :

L’alcool ne contient qu’une seule substance : l’éthanol. Le cannabis contient 400 agents chimiques différents, reconnus comme toxiques et cancérigènes. Contrairement aux fumeurs de cigarettes, les fumeurs de cannabis ont tendance à inhaler profondément et à retenir la fumée aussi longtemps que possible pour accroître les effets de la drogue, ce qui aggrave les dommages causés aux poumons.

L’alcool est éliminé en quelques heures. Le THC reste dans les graisses du corps pendant des mois, voire plus longtemps. Donc, une personne qui fume 2 à 3 joints par semaine est constamment sous l’influence de la drogue.

Le THC endommage le système immunitaire, mais pas l’alcool.
Nous n’avons pas l’intention de minimiser ici les risques liés à l’abus d’alcool qui peut être aussi dangereux. Cependant, les consommateurs doivent être conscients du fait que les produits chimiques composant le cannabis, dont certains sont cancérigènes, restent dans le corps bien longtemps après que la drogue a été consommée.

STATISTIQUES INTERNATIONALES

Selon les Nations Unies, 158,8 millions de personnes consomment du cannabis dans le monde, soit plus de 3,8 % de la population planétaire.

marijuana-involved-fatal-accidents

  • Plus de 94 millions de personnes aux États-Unis ont admis en avoir consommé au moins une fois.
  • Selon l’Enquête nationale de 2007 sur la consommation des drogues et la santé, 2,1 millions de personnes aux États-Unis ont pris du cannabis pour la première fois cette année-là.

marijuana-accident-statistcs

  • Selon l’Agence américaine de réglementation des drogues, un grand pourcentage de personnes arrêtées pour des crimes avaient pris du cannabis. Au niveau national, 40 % des hommes adultes avaient pris du cannabis avant leur arrestation.
  • Chez les adultes de 26 ans ou plus ayant consommé du cannabis avant l’âge de 15 ans, 62 % sont passés à la cocaïne à un moment donné de leur vie, 9 % ont pris de l’héroïne au moins une fois et 54 % ont consommé de façon non médicale des psychotropes sur prescription.

marijuana-pipe

  • En 2007, 6,7 % des 12 à 17 ans étaient des consommateurs réguliers de cannabis.
  • D’après les estimations du gouvernement américain, la production privée de cannabis a décuplé au cours des vingt-cinq dernières années, passant de 1000 tonnes en 1981 à 10 000 tonnes en 2006. Fait peu surprenant, 58 % des adolescents âgés de 12 à 17 ans disent qu’il est facile de se procurer du cannabis. Les consommateurs américains de cannabis ont dépensé environ 10,5 milliards de dollars en drogue en 2000.
  • En 2005, aux États-Unis, le cannabis était responsable de 242 200 admissions aux urgences.

Après l’alcool, le cannabis est la substance la plus fréquemment trouvée dans le corps des conducteurs impliqués dans des accidents mortels.

LES EFFETS DESTRUCTEURS DU CANNABIS

Les effets immédiats de la prise de cannabis comprennent une accélération des battements du cœur, une désorientation, un manque de coordination physique, souvent suivis par une dépression ou une somnolence. Certains consommateurs souffrent de crises de panique ou d’anxiété.

Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Selon des études scientifiques, le principe actif du cannabis, le THC, reste dans le corps pendant des semaines, voire plus.

La fumée du cannabis contient des substances 50 à 70 % plus cancérigènes que la fumée de cigarettes. Une étude de référence a montré qu’un seul joint de cannabis cause autant de dommages aux poumons que cinq cigarettes normales fumées les unes après les autres. Les fumeurs chroniques de joints souffrent souvent de bronchites et d’inflammations de la trachée.

La drogue peut affecter bien plus que votre santé physique. Des études australiennes menées en 2008 ont fait le rapprochement entre la consommation importante de cannabis et les problèmes cérébraux. Ce fait est confirmé par une étude précédente portant sur les effets à long terme du cannabis, qui montraient des problèmes cérébraux similaires à ceux causés par une forte dépendance à d’autres drogues majeures. Et plusieurs études ont indiqué qu’un lien existait entre une consommation répétée de cannabis et la psychose.

marijuana-smoking-pregnant-motherLe cannabis modifie la structure des cellules du sperme en les déformant. Ainsi, même de petites quantités de cannabis peuvent causer une stérilité temporaire chez les hommes. La consommation de cannabis peut bouleverser le cycle menstruel des femmes.

Des études montrent que le fonctionnement cérébral des consommateurs de cannabis tend à être ralenti ou diminué. Le THC du cannabis perturbe les cellules nerveuses et affecte la mémoire.

Le cannabis est l’une des drogues qui provoquent une division anormale des cellules, ce qui entraîne de sérieux problèmes génétiques. Une femme enceinte qui fume régulièrement du cannabis peut donner naissance à un enfant prématuré de taille ou de poids insuffisant. Durant les dix dernières années, de nombreux enfants de mères consommant du cannabis sont nés avec des incapacités et de moins bonnes aptitudes à se concentrer et à poursuivre des objectifs dans la vie. Des études suggèrent également que la consommation de drogue pendant la grossesse peut provoquer des malformations, un retard mental et un risque plus élevé de leucémie1 chez les enfants.

1. leucémie : cancer de la moelle osseuse.

EFFETS À COURT TERME

  • Sensations altérées
  • Panique
  • Anxiété
  • Coordination insuffisante des mouvements
  • Réflexes amoindris
  • Après s’être senti mieux, le consommateur se sent endormi ou déprimé
  • Accélération du rythme cardiaque (et risque d’attaque)

EFFETS À LONG TERME

  • Résistance aux maladies communes diminuée (rhume, bronchite, etc.)
  • Affaiblissement du système immunitaire
  • Troubles de croissance
  • Augmentation de cellules anormales dans le corps
  • Réduction des hormones mâles
  • Destruction rapide des fibres pulmonaires et lésions au cerveau parfois irréversibles
  • Capacité sexuelle réduite
  • Difficultés à étudier : aptitude réduite à apprendre et à retenir l’information
  • Apathie, somnolence et manque d’enthousiasme
  • Changement de personnalité et de tempérament
  • Inaptitude à comprendre les choses clairement

marijuana-leaf« Cela commence comme un jeu, quand ton meilleur pote te dit que t’es pas “cap” de fumer un joint et d’avaler un demi. J’avais 14 ans à ce moment là. Après sept ans de drogue et d’alcool, je me suis retrouvé au bout du chemin de la dépendance. Je ne ressentais plus d’euphorie, je le faisais juste pour rester à peu près normal.»

marijuana-smoking-paranoia« Puis j’ai commencé à avoir des sensations négatives vis à vis de moi-même et à ne plus croire en mes propres aptitudes. Je détestais cette paranoïa.1 Je détestais regarder sans arrêt derrière moi. Je détestais vraiment ne pas faire confiance à mes amis. J’étais devenu si paranoïaque que j’ai réussi à faire fuir tout le monde pour me retrouver dans une situation terrible dont personne n’a envie — je me retrouvais seul. Je me réveillais le matin, je commençais à en prendre et je continuais toute la journée. » Paul

1. paranoïa : suspicion, méfiance ou peur des autres.

SUR LA ROUTE MENANT À LA CONSOMMATION DE DROGUES

Parce qu’une accoutumance s’installe, le cannabis peut amener les consommateurs à prendre des drogues plus fortes pour atteindre le même résultat. Lorsque les effets de la drogue s’émoussent, il se peut que la personne se tourne vers des drogues plus puissantes pour tenter de se débarrasser des situations ou sensations non désirées qui l’avaient poussée à prendre du cannabis en premier lieu. Ce n’est pas le cannabis qui entraîne la personne vers d’autres drogues : les gens prennent des drogues pour se débarrasser de situations ou de sensations indésirables. La drogue (cannabis) masque le problème un certain temps (le temps du « trip »). Quand cet état se dissipe, le problème — la situation ou le sentiment indésirable — réapparaît avec une plus grande intensité encore. Alors, le consommateur se tourne vers des drogues plus fortes car le cannabis ne fait plus d’effet.

lighting-a-marijuana-jointLa grande majorité des consommateurs de cocaïne (99,9 %) ont commencé par une « passerelle » comme le cannabis, les cigarettes ou l’alcool. Tous ceux qui fument du cannabis ne se tournent pas vers des drogues plus dures. Certains ne le font jamais. D’autres arrêtent le cannabis d’un coup. Mais d’autres passent à des drogues plus dures. Selon une étude américaine, les adolescents (12 à 17 ans) qui fument du cannabis ont 85 fois plus de chances de consommer de la cocaïne que les jeunes qui ne prennent pas de hasch, et 60 % des jeunes qui ont fumé du cannabis avant 15 ans passent à la cocaïne.

Le cannabis est parfois mélangé avec des drogues plus fortes. Les joints peuvent être trempés dans du PCP liquide. Le PCP est une poudre blanche, également disponible sous forme liquide et souvent consommée avec le cannabis. Le PCP est un hallucinogène puissant, connu pour créer des comportements violents, qui entraîne des réactions physiques comme des crises cardiaques, un coma et même la mort.

« On m’a donné mon premier joint dans la cour de l’école. Maintenant, je suis accro à l’héroïne, et je viens de finir mon 8e sevrage. » Christian

DERRIÈRE L’ÉCRAN DE FUMÉE

marijuana

La consommation de cannabis n’est pas seulement nuisible pour le fumeur. Elle peut devenir dangereuse pour la société.

Les recherches montrent clairement que le cannabis est susceptible de créer des problèmes au quotidien. Une étude portant sur 129 étudiants a révélé que chez ceux qui avaient fumé cette drogue pendant une période d’au moins vingt-sept jours sur les trente précédant l’enquête, les capacités d’attention, de mémoire et d’apprentissage avaient été sérieusement amoindries. Une étude menée sur des employés des services postaux a révélé que ceux qui avaient été testés positifs au cannabis avaient 55 % d’accidents en plus, 85 % de blessures en plus et un taux d’absentéisme supérieur de 75 % à la moyenne.

En Australie, une étude a prouvé que la prise de cannabis était responsable de 4,3 % des accidents de voiture mortels.

Il est presque impossible de grandir en Amérique ou dans tout autre pays sans être exposé à la drogue. La pression des copains pour inciter à prendre de la drogue est importante et il est difficile de trouver des informations honnétes sur le risques liés a la drogue.

Beaucoup de gens vous diront que le cannabis n’est pas dangereux. Regardez bien qui vous dit cela. Est-ce que ce sont justement les mêmes personnes qui essaient de vous en vendre ?

smoking-a-marijuana-pipeLe cannabispeut endommager la mémoire de quelqu’un, et cet impact peut durer des jours ou des semaines après que les effets immédiats se sont estompés. Dans une étude, on a demandé à un groupe de gros consommateurs de cannabis de mémoriser les mots d’une liste. Leur capacité à se rappeler correctement les mots n’était pas encore revenue à la normale, 4 semaines après avoir arrêté de fumer.
Les étudiants qui prennent du cannabis ont de mauvaises notes et ont moins de chances d’entrer à l’université que ceux qui n’en consomment pas. Ils n’ont simplement pas les mêmes aptitudes à se rappeler et à organiser les informations que ceux qui ne consomment pas ces stupéfiants.

« Le prof de mon école fumait trois à quatre joints par jour. Il a incité beaucoup d’étudiants à fumer des joints, y compris moi. Après, son dealer m’a poussée à consommer de l’héroïne, et je n’ai pas résisté. À ce moment-là, c’était comme si ma conscience était déjà morte. » Véronique

CE QUE LES DEALERS VOUS DIRONT

marijuana-smoking_

Lorsque des adolescents ont été interrogés pour savoir pourquoi ils avaient commencé à se droguer, 55 % ont répondu qu’ils l’avaient fait suite à des pressions de leurs amis. Ils voulaient être cool et populaires. Les dealers le savent.
Ils vont vous approcher comme un ami et vous proposer de vous « aider » avec quelque chose qui « va vous remonter ». La drogue vous « aidera à entrer dans le moule » ou « à avoir l’air cool ».

Les dealers, motivés par le profit, diront n’importe quoi pour que vous achetiez leurs drogues. Ils vous diront qu’en prenant de l’herbe, vous n’aurez pas besoin de prendre des drogues plus fortes.

Ils se fichent pas mal de savoir si les drogues détruisent votre vie du moment qu’ils sont payés. Ils ne se soucient que de l’argent. D’anciens dealers ont admis qu’ils considéraient leurs acheteurs comme des « pions sur un échiquier ».

LA VÉRITÉ SUR LA DROGUE

tuth-about-drugsLes drogues sont essentiellement des poisons. L’effet dépend de la quantité absorbée. Une faible quantité agit comme un stimulant (vous excite). Une plus grande quantité agit comme un sédatif (vous ralentit). Une quantité encore plus grande vous empoisonne et vous tue.

Cela est vrai pour n’importe quelle drogue. Seule la quantité change.

Mais la plupart des drogues comportent un autre risque : elles affectent directement le mental. Elles peuvent modifier la perception qu’a l’utilisateur de ce qui se passe autour de lui. Par la suite, les actions de la personne peuvent s’avérer bizarres, irrationnelles, inappropriées, voire destructrices.

Les drogues bloquent toutes les sensations, souhaitables ou non. Ainsi, tout en apportant une aide à court terme en soulageant la douleur, elles effacent également toute capacité et vivacité et troublent l’aptitude à penser.

Les médicaments sont des drogues destinées à accélérer, ralentir ou modifier, pour améliorer le fonctionnement du corps. Ils sont parfois nécessaires. Mais cela reste des drogues : ils agissent en tant que stimulants ou sédatifs, et en prendre trop peut vous tuer. Aussi, si vous n’utilisez pas ces médicaments selon leur prescription, ils peuvent s’avérer aussi dangereux que des drogues illégales.

La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogues.

POURQUOI LES GENS PRENNENT-ILS DE LA DROGUE ?

Les gens prennent de la drogue parce qu’ils veulent changer quelque chose dans leur vie.Voici quelques-unes des raisons données par les jeunes :

  • Pour se sentir dans le coup
  • Pour s’évader ou se relaxer
  • Par ennui
  • Pour se sentir adulte
  • Pour se rebeller
  • Pour faire une expérience

Ils pensent que la drogue est une solution. Mais par la suite, la drogue devient le problème.Aussi difficile que cela puisse être de faire face à ses problèmes, les conséquences de la consommation de drogues sont toujours pires que le problème que l’on essaie de résoudre en en prenant. La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogues.

ASSUREZ-VOUS QUE D’AUTRES SONT INFORMÉS

Ces pages du site Dites non à la drogues.be reprennent le contenu de nos treize livrets de la série « La vérité sur la drogue » destinée au grand public.

Ces livrets sont gratuits et peuvent être commandés ou télécharger. Vous pouvez les donner à des amis, à votre famille et à toute autre personne qui pourrrait être aidée par les faits qu’ils contiennent.

Informez-vous sur la drogue. Prenez vos propres décisions.

Pour voir les références fournies dans La vérité sur le cannabis cliquez ici.