But de ce livret :

La drogue détruit des millions de vies chaque années mais son plus grand danger est celui qu’elle représente pour la société de demain…

Télécharger la brochure complète ici.

LA DROGUE DANS NOTRE SOCIÉTÉ

La drogue fait partie de notre culture depuis quelques dizaines d’années. Popularisée dans les années 1960 par la musique pop et les médias, elle a envahi tous les aspects de la société.

On estime qu’environ 208 millions de personnes dans le monde consomment des drogues illégales. En France, l’Enquête sur la Santé et les Consommations lors de l’Appel de Préparation à la Défense (ESCAPAD) de 2005 a révélé que 13,5 millions de personnes (29 % de la population entre 12 et 75 ans) prenaient des drogues illégales. Un sondage effectué au Québec, Canada, en 2006 a révélé que 30 % des lycéens se droguaient.

Vous connaissez probablement quelqu’un qui est concerné,

directement ou indirectement, par un problème de drogue.

La drogue la plus courante en France — et la plus consommée — est l’alcool. Les accidents de la route dus à l’alcool sont la première cause de mortalité chez les adolescents en France. En Suisse, les statistiques de 2005 montrent que 5 jeunes, entre 10 et 23 ans sont admis chaque jour à l’hôpital à cause de l’alcool.

La drogue illégale la plus courante est le cannabis. D’après le rapport 2008 des Nations Unies sur la drogue au niveau planétaire, environ 3,9 % de la population mondiale entre 15 et 64 ans consomment du cannabis.

Aujourd’hui, les jeunes sont exposés de plus en plus tôt à la drogue. Selon un sondage mené par la LMDE (La Mutuelle Des Étudiants, une assurance maladie pour étudiants), près de 40 % des étudiants français s’étaient drogués au moins une fois.

En Europe, des études récentes effectuées sur les jeunes de 15 et 16 ans indiquent que la consommation de cannabis varie de moins de 10 % à plus de 40 %,

avec les pourcentages les plus élevés chez les adolescents en République tchèque (44 %) suivis par l’Irlande (39 %), le Royaume-Uni (38 %) et la France (38 %). En Espagne et au Royaume-Uni, la consommation de cocaïne par des jeunes de 15 et 16 ans varie entre 4 % et 6 %. La consommation de cocaïne parmi les jeunes a augmenté au

Danemark, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni, en Norvège et en France.


« Mon but dans la vie n’était pas de vivre, […] c’était de me défoncer. Après quelques années, je me suis tourné vers la cocaïne, le cannabis et l’alcool en croyant que ça me permettrait d’échapper à mes problèmes. C’était pire. Je n’arrêtais pas de me dire : “Après ça, je vais m’arrêter définitivement.” Ça n’arrivait jamais. » 
John

« J’ai d’abord pris de l’herbe, puis des pilules d’ecstasy et de l’acide, faisant des cocktails avec toutes sortes de drogues. Je prenais même des doses trop fortes pour faire durer l’euphorie plus longtemps. Une nuit, j’ai fait un mauvais trip. J’ai prié et crié pour que cette sensation disparaisse, j’entendais des voix dans ma tête, j’étais pris de tremblements et je n’ai pas pu sortir de chez moi pendant 6 mois. Je pensais que tout le monde m’observait. Je ne pouvais plus marcher dans les lieux publics. Mon Dieu ! Je ne pouvais même pas conduire.

« J’ai fini par vivre dans la rue, dormant sur un carton près de la gare, mendiant et essayant tant bien que mal d’obtenir mon prochain repas. » Ben

POURQUOI LES GENS PRENNENT-ILS DE LA DROGUE ?

Les gens prennent de la drogue parce qu’ils veulent changer quelque chose dans leur vie.

Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles les jeunes en prennent :

  • Pour se sentir dans le coup
  • Pour s’évader ou se relaxer
  • Par ennui
  • Pour se sentir adulte
  • Pour se rebeller
  • Pour faire une expérience

Ils pensent que la drogue est une solution. Mais en fin de compte, elle devient le problème.

Aussi difficile que cela puisse être de faire face à ses problèmes, les conséquences de la consommation de drogue sont toujours pires que le problème que l’on essaie de résoudre en en prenant. La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogue.

COMMENT AGIT LA DROGUE ?

Les drogues sont essentiellement des poisons. L’effet dépend de la quantité absorbée.

Une faible quantité agit comme un stimulant (vous excite). Une plus grande quantité agit comme un sédatif (vous ralentit). Une quantité encore plus grande vous empoisonne et vous tue.

C’est vrai pour n’importe quelle drogue. Seule la quantité nécessaire pour obtenir un effet change.

Mais la plupart des drogues comportent un autre risque : elles affectent directement le mental. Elles peuvent modifier la perception de l’utilisateur par rapport à ce qui se passe autour de lui. Résultat : les actions de la personne peuvent s’avérer bizarres, irrationnelles, inappropriées, voire destructrices.

Les drogues bloquent toutes les sensations, souhaitables ou non. Ainsi, tout en apportant une aide à court terme en soulageant la douleur, elles effacent également toute capacité et vivacité en embrouillant les idées de la personne.

Les médicaments sont des drogues conçues pour accélérer, ralentir ou modifier d’une façon ou d’une autre la manière dont votre corps fonctionne, pour tenter d’améliorer son fonctionnement. Ils sont parfois nécessaires. Mais ce sont quand même des drogues : ils agissent comme des stimulants ou des sédatifs, et en prendre trop peut vous tuer. Aussi, si vous n’utilisez pas ces médicaments en respectant la prescription, ils peuvent s’avérer aussi dangereux que des drogues illégales.

LA DROGUE AFFECTE LE MENTAL

Normalement, quand une personne se rappelle quelque chose, le mental fait un tri rapide et fournit promptement l’information. Mais les drogues peuvent brouiller ses images mentales, provoquant des trous de mémoire. Quand une personne essaie de trouver une information à travers ce brouillard confus, elle n’y arrive pas. La drogue lui donne la sensation d’être lente et stupide, et la met en situation d’échec. Au fur et à mesure, elle essuie de plus en plus d’échecs et la vie devient de plus en plus dure : la personne prend alors de plus en plus de drogue pour l’aider à régler le problème.

 LA DROGUE DÉTRUIT LA CRÉATIVITÉ

On dit que la drogue permet à quelqu’un de devenir plus créatif : c’est un mensonge. La vérité est tout à fait différente.

Quelqu’un qui est triste pourrait prendre de la drogue pour avoir une fausse sensation de bonheur, mais cela ne marche pas. La drogue apporte à la personne une sorte de gaieté artificielle, mais quand les effets s’estompent, celle-ci s’effondre encore plus bas qu’avant. Et chaque fois, la chute émotionnelle est plus profonde. Les drogues finissent par détruire toute la créativité de la personne.

« Pendant tout le temps où je prenais de la drogue, je pensais que je maîtrisais ma vie et que tout allait bien. Mais j’ai détruit tout ce que j’avais construit et ce pourquoi je m’étais battu dans la vie. J’ai coupé mes liens avec tous mes amis qui ne prenaient pas de drogue et j’ai rompu avec ma famille, donc je n’avais aucun ami à part les autres drogués. Chaque jour tournait autour d’une seule chose : comment trouver l’argent pour acheter de la drogue. J’aurais fait n’importe quoi pour obtenir mes amphét. C’était la seule chose qui comptait dans ma vie. » Pat

« Je me trouvais plus drôle quand j’étais soûle. Peu après [avoir commencé à boire], on m’a donné du cannabis… Plus tard, j’étais chez un ami en train de fumer du cannabis quand quelqu’un a sorti un sachet de cocaïne. Je me suis alors mise à sniffer de la cocaïne chaque jour. Je volais chaque jour de l’argent à mes grands-parents et dans le magasin de mes parents pour pouvoir m’acheter de l’alcool, de la cocaïne, du cannabis et du LSD. C’est alors qu’on m’a donné de l’OxyContin et je me suis mise à en prendre régulièrement. Je sniffais de l’OxyContin chaque jour et je me suis finalement rendu compte que j’étais accro. J’avais besoin de quelque chose de plus fort, et on m’a donné de l’héroïne. Je ne reculais devant rien pour planer. Mon addiction avait gagné. Si j’essayais d’arrêter, j’étais tellement en manque que tout ce que je voulais, c’était en prendre plus. » Edith

DONNÉES ESSENTIELLES SUR LES DROGUES LES PLUS COURANTES

Les informations suivantes sur les drogues les plus courantes ont été compilées à partir de multiples textes de référence.

Elles sont destinées à vous faire connaître la vérité sur les drogues et leurs effets.

LE CANNABIS

Le cannabis est habituellement roulé en cigarette appelée joint ou pétard. Il peut également être infusé comme du thé, mélangé à de la nourriture ou fumé au moyen d’une pipe à eau appelée narguilé.

Le cannabis 1 est aux États-Unis la troisième des cinq drogues les plus courantes pour lesquelles les toxicomanes entrent dans un centre de désintoxication — soit environ 16 %. Selon une enquête nationale auprès des ménages américains sur la consommation de drogue, les enfants qui prennent fréquemment du cannabis sont quatre fois plus susceptibles de faire preuve de violence ou de provoquer des dégâts. Ils sont cinq fois plus susceptibles de voler que ceux qui ne consomment pas de drogue.

Les effets du cannabis sont souvent plus puissants aujourd’hui que dans le passé. Les techniques de culture et la sélection des graines produisent une drogue beaucoup plus forte. De ce fait, la consommation de cannabis a provoqué une forte augmentation des arrivées aux urgences de jeunes fumeurs de hasch.

Parce qu’une dépendance physique et surtout psychique s’installe, le cannabis peut amener les consommateurs à prendre des drogues plus fortes pour atteindre le même résultat. Dès que les effets commencent à s’estomper, la personne peut se tourner vers des drogues encore plus fortes pour se débarrasser des conditions indésirables qui l’ont poussée à se droguer en premier lieu. Ce n’est pas le cannabis qui pousse les gens à prendre d’autres drogues : ils prennent des drogues pour se débarrasser de situations ou de sensations indésirables. La drogue (cannabis) masque le problème pendant un moment, quand le consommateur plane. Quand cet état se dissipe, le problème — la situation ou le sentiment indésirable — devient plus fort. Alors, le consommateur se tourne vers des drogues plus fortes car le cannabis ne fait plus d’effet.

EFFETS À COURT TERME :

Les toxicomanes souffrent d’une perte de coordination et ont une perception du temps, une vision et une audition déformées. La drogue provoque entre autres des effets de somnolence, les yeux rouges, un appétit accru et un relâchement musculaire. Le rythme cardiaque peut s’accélérer. En réalité, dans l’heure qui suit la prise de cannabis, le risque de crise cardiaque peut être multiplié au minimum par cinq. Les résultats scolaires se dégradent à cause d’une altération de la mémoire et d’une capacité amoindrie à résoudre des problèmes.

EFFETS À LONG TERME :

Une consommation à long terme peut entraîner des symptômes psychotiques. Elle peut également provoquer des lésions aux poumons et au cœur, aggraver les symptômes de bronchite et causer des quintes de toux et une respiration bruyante. Elle peut réduire la capacité du corps à combattre les infections et les maladies pulmonaires.

1.cannabis : drogue qui, comme la marijuana et le haschich, provient du chanvre indien.

NOMS COURANTS

CANNABIS :Astro turf

Teuch

Blunt

Boom

Chronic

Fumette

Dope

Gangster

Ganja

Moquette

Chanvre

Herbe

Résine

J

Kiff

Marie-Jeanne

Nederweed

Pneu

Pot

Purple haze

Chichon

Savonnette

Smoke

Skunk

Super skunk

Thé du Texas

Foin

Huile

HASCHICH :Chocolat

Hasch

Shit

L’ALCOOL

L’alcool vous déprime via votre système nerveux central (cerveau et moelle épinière), réduit les inhibitions2 et altère le jugement. Boire de grandes quantités peut mener au coma et même à la mort. Le mélange d’alcool et de médicaments ou de drogue est extrêmement dangereux et peut être fatal. L’alcool a des effets sur le cerveau et entraîne un manque de coordination, des réflexes plus lents, une vision déformée, des trous de mémoire et des évanouissements. Comme les jeunes sont encore en pleine croissance, l’alcool a un impact plus grand sur leur santé physique et mentale que sur celle des personnes plus âgées.

EFFETS À COURT TERME :

Photographie : istockphoto.com/Lisa Young

Sensation de chaleur, irritation cutanée, jugement altéré, manque de coordination, discours incompréhensible, pertes de mémoire et de compréhension. Une importante consommation d’alcool entraîne également une « gueule de bois », des nausées, des tremblements et quelquefois des vomissements.

EFFETS À LONG TERME :

Tolérance accrue aux nombreux effets indésirables de l’alcool et capacité à boire davantage. Par conséquent, la condition physique se dégrade, avec parfois des maladies hépatiques et un risque accru de maladies cardiovasculaires. Une femme enceinte peut donner naissance à un enfant avec des malformations qui peuvent endommager le cœur du bébé, son cerveau et d’autres organes vitaux. Une personne peut devenir dépendante de l’alcool. Si elle s’arrête soudain de boire, des symptômes de manque peuvent survenir. Ils se présentent sous forme de sursauts, d’assoupissements, de transpiration et d’un manque d’appétit, ainsi que sous forme de convulsions, et peuvent quelquefois entraîner la mort. L’abus d’alcool encourage aussi la violence et les conflits dans les relations avec les autres.

2. inhibitions : des idées ou des règles qui tendent à empêcher une personne de faire quelque chose.

L’ECSTASY

L’ecstasy est habituellement prise sous forme de pilule, de comprimé ou de capsule. On appelle « bumping » le fait d’en prendre plus d’une à la fois.

L’ecstasy est une drogue synthétisée (produite par l’homme) en laboratoire. Les fabricants peuvent ajouter tout ce qu’ils veulent à la drogue, comme de la caféine, des amphétamines3 et même de la cocaïne. L’ecstasy est une drogue illégale qui a des effets similaires aux hallucinogènes et aux stimulants. Les pilules sont de différentes couleurs et sont parfois illustrées d’images de B. D. Mélanger l’ecstasy avec de l’alcool est extrêmement dangereux et peut être mortel.

Les drogues aux effets stimulants comme l’ecstasy permettent de danser sans arrêt pendant de longues périodes et, dans le milieu bondé et très chaud des « raves », elles peuvent entraîner une déshydratation extrême et des problèmes d’insuffisance cardiaque ou rénale.

EFFETS À COURT TERME :

Malaise, frissons ou sueurs, tension musculaire, altération du jugement, dépression, troubles de la vision, troubles du sommeil, sentiment de fausse affection, nausées, anxiété sévère, besoin irrésistible de drogue, contraction involontaire des dents, confusion, paranoïa.4

EFFETS À LONG TERME :

Une consommation prolongée peut causer des dégâts durables, voire des lésions permanentes au cerveau, affectant le jugement de la personne et son aptitude à penser.

« L’ecstasy me rendait folle. Un jour j’ai mordu dans un verre comme si je mordais dans une pomme. Il a fallu que j’aie la bouche en sang et pleine de morceaux de verre pour me rendre compte de ce qui m’arrivait. Une autre fois, j’ai déchiré des chiffons avec mes dents pendant une heure. » Anne

 

3.amphétamine : un stimulant du système nerveux central, souvent appelé « speed ».
4.paranoïa : suspicion, méfiance ou peur des autres.

NOMS COURANTS

ECSTASYAdam

Cadillac

Air ball

California Sunset

Clarté

E

Essence

Éléphants

Eve

Hug

Hug drug

Es

Pilule de l’amour

Speed de l’amoureux

Roll

Jelly beans

Snowball

X

XE

XTC

 COCAÏNE ET CRACK

La cocaïne et le crack peuvent être ingérés, pris par le nez (sniffés), injectés par intraveineuse, ou, dans le cas du crack, la fumée peut être inhalée une fois le produit chauffé.

Les termes utilisés pour décrire l’ingestion sont : mâcher, sniffer, se shooter, injecter et fumer.

Le mot cocaïne se réfère à la drogue en poudre (cocaïne) et à la drogue sous forme de cristaux (crack). Elle est fabriquée à partir de la plante de coca et, après la méthamphétamine,5 c’est la drogue qui crée la plus grande dépendance psychologique de toutes.

 

EFFETS À COURT TERME :

La cocaïne fait « décoller » de façon éphémère et intense, sensation suivie immédiatement par un sentiment opposé de dépression et d’irritation et un besoin maladif de drogue. Les consommateurs réguliers mangent et dorment mal. Cette drogue peut générer une forte accélération du rythme cardiaque, des spasmes musculaires et des convulsions. Les drogues peuvent rendre les gens paranoïaques, irritables, hostiles et anxieux, même à faible dose.

 

EFFETS À LONG TERME :

En plus de ce qui précède, la cocaïne peut provoquer de l’irritabilité, des sautes d’humeur, de l’agitation, de la paranoïa et des hallucinations auditives. La personne développe une accoutumance à la drogue et doit en prendre toujours plus pour produire le même effet.

La « descente » provoque une dépression si grave que les cocaïnomanes seront prêts à faire n’importe quoi, y compris tuer, pour se procurer leur dose. S’ils ne l’obtiennent pas, la dépression risque de devenir si intense qu’elle peut les conduire au suicide.

5.méthamphétamine : stimulant du système nerveux central créant une forte dépendance.

NOMS COURANTS

CRACK

24-7

Apple jacks

Bad rock

Ball

Base

Beat

Candy

Chemical

Cloud

Coco

Crack

Crumbs

Crunch and munch

Devil drug

Dope

Electric kool-aid

Fat bags

French fries

Glo

Blanche

Grit

Hail

Hard ball

Hard rock

Hot cakesIce cubeJelly beans

Kryptonite

Nuggets

Paste

Piece

Prime time

Product

Raw

Rock(s)

Rock star

Rox/Roxanne

Scrabble

Sleet

Rail

Sugar block

Topo (Espagnol)

Tornado

Troop

 

 

NOMS COURANTS

COCAÏNE

Coco

Base

Bigornette

Blanche neige

C

 

Charlie

Coke

Dust

Corinne

Henry VIII

 

Ligne

Neige

Reniflette

Respirette

Rocks

 

Toot

Scorpion

 LA CRISTAL METH ET LA MÉTHAMPHÉTAMINE

La cristal meth et la meth sont inhalées, fumées ou prises par injection. Les petites doses sont sous forme de comprimés.

La cristal meth est une forme de métamphétamine qui ressemble à de petits fragments de verre ou à de petits « cailloux » brillants, bleu-blanc. Dans la rue, elle est connue entre autres sous le nom de « glace », « cristal », « verre ». Il s’agit d’un stimulant extrêmement puissant qui entraîne une dépendance, de l’agressivité et des comportements violents, voire psychotiques. De nombreux consommateurs racontent qu’ils sont devenus accros dès la première prise. C’est l’une des drogues les plus difficiles à traiter.

EFFETS À COURT TERME :

Les effets négatifs peuvent comprendre : sommeil agité, hyperactivité, nausées, illusions de puissance, agressivité et irritabilité accrues. Cette drogue peut créer une perte d’appétit ou de poids. À hautes doses, elle crée un « flash » suivi d’une agitation croissante et parfois de violence. D’autres effets peuvent comprendre : insomnie, confusion, hallucinations, anxiété et paranoïa. Peut causer des convulsions mortelles.

EFFETS À LONG TERME :

Accélération du pouls et augmentation de la pression sanguine, dommages aux vaisseaux sanguins du cerveau, entraînant des attaques ou une arythmie cardiaque et des troubles cardiovasculaires, ou même la mort. Cette drogue peut causer des lésions au foie, aux reins et aux poumons. On trouve chez les consommateurs des cas sérieux de lésions cérébrales, de troubles de la mémoire et une incapacité accrue à saisir des idées abstraites. Ceux qui s’en sortent sont généralement sujets à des trous de mémoire ou à des sautes d’humeur extrêmes.

« La cristal meth était ma drogue préférée, mais il y en avait d’autres aussi, bon marché, faciles à obtenir (et qui rendent facilement accro) et bien sûr faciles à utiliser. Je l’ai essayée une fois et BOUM ! J’étais accro. Ce qui a été détruit en premier, c’est ma carrière musicale. Je faisais partie d’un grand orchestre, je jouais une musique géniale et j’avais des copains qui n’étaient pas seulement des musiciens, mais mes meilleurs amis. Tout ça a changé quand j’ai commencé à prendre de la meth. » Brad

NOMS COURANTS

MÉTHAMPHÉTAMINE:

Beannies

Brown

Chalk

CrankC

hicken feed

Cinnamon

Crink

Crypto

Fast

 

Getgo

Methlies quick

Crack mexicain

Pervitin (République tchèque)

Redneck cocaïne

Speed

Tick tick

Tweak

Wash

 

Poudre jaune

Yaba (Asie du Sud-Est)

CRISTAL METH :

Batu

Blade

Cristy

Cristal

Crystal glass

Glace

Hot ice

Ice

Quartz

 

LES DROGUES PAR INHALATION

Les drogues par inhalation incluent les produits chimiques des produits ménagers tels qu’aérosols, liquides de nettoyage, colle, peinture, diluant à peinture, dissolvant pour vernis à ongles, nitrite d’amyle6 et essence à briquet. Elles sont « sniffées » (inhalées).

Les drogues absorbées par inhalation ont un effet sur le cerveau. Quand des substances ou des vapeurs sont inhalées par le nez ou la bouche, elles peuvent causer des dommages physiques et mentaux irréversibles. Elles privent le corps d’oxygène et forcent le cœur à battre irrégulièrement et plus rapidement. Les personnes qui absorbent des drogues par inhalation peuvent perdre le sens de l’odorat, souffrir de nausées et de saignements de nez, et peuvent présenter des problèmes au niveau du foie, des poumons et des reins. Une consommation régulière peut entraîner une réduction de la masse musculaire, de la tonicité et de la force. Les drogues absorbées par inhalation peuvent empêcher les gens de marcher, de parler et de penser normalement. La plupart des dégâts touchent le tissu cérébral, quand les vapeurs toxiques passent à travers les sinus.7

EFFETS À COURT TERME :

En plus de ce qui précède, les drogues absorbées par inhalation peuvent tuer par crise cardiaque ou suffocation, car les vapeurs inhalées prennent la place de l’oxygène dans les poumons et le système nerveux central. Sous l’effet de ce type de drogues, quelqu’un peut aussi réagir avec une extrême violence.

EFFETS À LONG TERME :

Les drogues absorbées par inhalation peuvent abîmer les muscles, réduire la force et le tonus et détériorer de façon permanente le corps et le cerveau.

6.nitrite d’amyle : un liquide jaune pâle utilisé pour dilater ou élargir les vaisseaux sanguins, parfois utilisé comme un stimulant.7.sinus : un des espaces ouverts à l’avant du crâne dans lequel circule l’air qu’une personne respire avec le nez.

NOMS COURANTS

DROGUES PAR INHALATION :

Air blast

Ames

Amys

Bang

Bolt

Boppers

Bullet

Climax

Colle

 

Explosive

Hardware

Gluey

Kix

Pep

Hippie crack

Sniff

Gaz

Locker room

Vitesse

 

Nettoyeur de tête de magnétoscope

Parfum d’ambiance

Pearls

Poor man’s pot

Poppers

Quick silver

Rush

Satan’s secret

Shoot the breeze

 

Snappers

Snotballs

Spray

Texas shoe shine

Thrust

Toilet water

Toncho

Whippets

White-out

 

L’HÉROÏNE

L’héroïne est habituellement injectée, sniffée ou fumée. C’est un produit qui provoque une forte dépendance. L’héroïne atteint rapidement le cerveau et elle entraîne un ralentissement de la pensée et des réactions, détériorant l’aptitude à prendre des décisions. Elle provoque des difficultés à se rappeler.

S’injecter de la drogue s’accompagne du risque de contracter le sida (HIV), une hépatite ou d’autres maladies causées par des aiguilles infectées. Ces problèmes peuvent être transmis à des partenaires sexuels et à des nouveau-nés. L’héroïne est une des drogues les plus fréquemment citées quand on parle de décès par overdose. La violence et la criminalité sont souvent liées à sa consommation.

EFFETS À COURT TERME :

Les consommateurs ont leurs facultés mentales embrouillées, ils sont pris de nausées et de vomissements. Parfois, ils ne ressentent pas la douleur. Les femmes enceintes peuvent faire des fausses couches spontanées. Les fonctions cardiaques et respiratoires peuvent ralentir au point où cela peut entraîner la mort.

EFFETS À LONG TERME :

veines endommagées, infection bactérienne des vaisseaux sanguins ou des valves cardiaques, abcès et autres infections des tissus tendres, et maladies des reins et du foie. Des complications pulmonaires sont également possibles. De plus, l’échange de seringues ou de fluides favorise la transmission de l’hépatite B ou C, du virus HIV (sida) ou d’autres virus sanguins.

NOMS COURANTS

HÉROÏNE :

Came

Poudre

H

 

Schnouff

Cheval

Héro

 

Skag

Smack

Limonade

 

Fée blanche

LE LSD

Le LSD est vendu en comprimés, en capsules ou sous forme liquide. On l’ajoute généralement à du papier absorbant et on le divise en petits carrés décorés. Chaque carré représente une dose.

Le LSD est une substance chimique des plus puissantes qui altère l’humeur. Il est fait à base d’un champignon extrêmement toxique qui se développe sur le seigle et d’autres céréales. Ses effets sont imprévisibles. Une toute petite quantité peut produire des effets pendant 12 heures ou plus.

EFFETS À COURT TERME :

Les pupilles se dilatent, la température du corps augmente, le rythme cardiaque s’accélère, la pression sanguine s’accentue, la sudation devient plus importante que la normale, le sujet perd l’appétit, souffre d’insomnie, sa bouche devient sèche et il est pris de tremblements incontrôlables. Sous LSD, des pensées et des sensations terrifiantes envahissent l’individu, il est pris d’une peur panique de devenir fou, de perdre le contrôle de sa vie, de mourir, et il est envahi d’un sentiment de désespoir.

EFFETS À LONG TERME :

Flash-back, ou rechute d’un « trip » au LSD, souvent de façon inattendue et longtemps après en avoir pris. Le « trip » de LSD dure généralement environ 12 heures, mais certains consommateurs développent des psychoses à long terme.

NOMS COURANTS

LSD

Acide

Acide de batterie

Blotter

Bart

Simpson

California sunshine

Cid

 

Doses

Cachets

Golden dragonHeavenly blue

Flash

Illusions

 

La souris déglinguée

Microdot

Orange micro

Purple heart

Superman

Tablettes

 

Window panes

Soleil jaune

Zen

 CONSOMMATION ABUSIVE DE PSYCHOTROPES

La consommation abusive de psychotropes représente maintenant un problème plus grave que la plupart des drogues de la rue. Les antidouleurs, les tranquillisants, les antidépresseurs, les somnifères et les stimulants donnent l’illusion d’être « sans danger » parce qu’ils sont prescrits par des médecins, mais ils peuvent créer une dépendance similaire et être aussi puissants que l’héroïne ou la cocaïne qui sont vendues dans la rue. L’antidouleur OxyContin, par exemple, est aussi puissant que l’héroïne et affecte le corps de la même façon. Une consommation régulière d’antidouleurs, de calmants (« downers »), de stimulants (« uppers ») ou d’antidépresseurs peut entraîner une accoutumance et provoquer des symptômes de manque très douloureux pour les personnes qui veulent arrêter d’en prendre.

Voici quelques-uns des effets provoqués par ces drogues.

Les antidouleurs : l’OxyContin, le Fentanyl, la morphine, le Percodan et le Demerol font partie de la longue liste des antidouleurs. Ces psychotropes provoquent un ralentissement de la respiration, des nausées, et peuvent faire sombrer la personne dans l’inconscience. Une consommation excessive peut créer une dépendance.

Les dépresseurs (sédatifs, calmants) : ces drogues psychiatriques ralentissent les fonctions du cerveau et du système nerveux. Parmi elles, on trouve le Xanax, le Zyprexa, l’Amytal, le Seconal, le Valium, et bien d’autres encore. Les effets peuvent inclure des problèmes cardiaques, la prise de poids, l’épuisement8 et un discours incompréhensible. Une consommation régulière peut créer une dépendance.

Les stimulants : ces drogues accélèrent le rythme cardiaque et la respiration, de la même manière que le « speed » ou la cocaïne. Dans cette catégorie viennent se classer la Ritaline, l’Adderall, le Concerta et des amphétamines connues sous le nom de « bennies ». Elles provoquent, entre autres, une augmentation de la pression sanguine et du rythme cardiaque, l’hostilité et la paranoïa.

Les antidépresseurs : le Prozac, le Paxil, le Zoloft et le Celexa font partie des antidépresseurs les plus utilisés. Ils provoquent, entre autres, un rythme cardiaque irrégulier, des réactions paranoïdes, des pensées violentes ou suicidaires et des hallucinations. Une consommation prolongée peut créer une dépendance.

Les antidouleurs, les sédatifs et les antidépresseurs sont responsables de plus de décès par overdose aux États-Unis que la cocaïne, l’héroïne, la méthamphétamine et les amphétamines combinées.

8.épuisement : extrême fatigue physique ou mentale.

CE QUE LES DEALERS VOUS DIRONT

Lorsque des adolescents ont été interrogés pour savoir pourquoi ils avaient commencé à se droguer, 55 % ont répondu qu’ils l’avaient fait sous la pression de leurs amis. Ils voulaient être cool et populaires. Les dealers le savent.

Ils vont vous approcher comme un ami et vous proposer de vous « aider » avec quelque chose qui « va vous remonter ». La drogue vous « aidera à entrer dans le moule » ou « à avoir l’air cool ».

Les dealers, motivés par le profit, diront n’importe quoi pour que vous achetiez leurs drogues.

Ils vous diront qu’avec la cocaïne, « ce sera la fête tous les jours » et que « l’héroïne vous protège contre l’anxiété ». Si tu prends de l’ecstasy, « tu pourras avoir plein de filles ».

Ils se fichent pas mal de savoir si les drogues détruisent votre vie du moment qu’ils sont payés. Ils ne se soucient que de l’argent. D’anciens dealers ont admis qu’ils considéraient leurs acheteurs comme des « pions sur un échiquier ».

Ces pages du site Dites non à la drogues.be reprennent le contenu de nos treize livrets de la série « La vérité sur la drogue » destinée au grand public.

Ces livrets sont gratuits et peuvent être commandés ou télécharger. Vous pouvez les donner à des amis, à votre famille et à toute autre personne qui pourrrait être aidée par les faits qu’ils contiennent.

Obtenez de vraies informations sur la drogue. Prenez vos propres décisions.