Télécharger ici la brochure complète

QU’EST-CE QUE LA COCAÏNE ?

Le mot cocaïne se réfère à une drogue sous forme de poudre (cocaïne) et sous forme de cristaux (crack).1 La poudre est généralement diluée avec des substances neutres comme l’amidon de maïs, le talc, le sucre ou encore avec d’autres drogues comme la « procaïne » (même substance chimiquement modifiée pour devenir un anesthésique local) ou des amphétamines.

Extraite des feuilles de coca, la cocaïne a été développée à l’origine pour être un antalgique (antidouleur). Elle est souvent sniffée pour être absorbée par le sang à travers les muqueuses nasales. Elle peut

être aussi ingérée ou frictionnée sur les gencives.

Pour absorber la drogue plus rapidement, les drogués se l’injectent, ce qui augmente considérablement le risque d’overdose. Ils l’inhalent également sous forme de fumée ou de vapeur pour en accélérer l’absorption.

UNE POUDRE BLANCHE MORTELLE

La cocaïne est l’une des drogues les plus dangereuses que l’on connaisse. Dès que l’on se met à en consommer, il devient presque impossible de se libérer de son emprise, physiquement et mentalement. La cocaïne stimule des récepteurs clés (des terminaisons nerveuses sensibles aux changements du corps) dans le cerveau qui, à leur tour, vont créer une euphorie à laquelle les consommateurs développent rapidement une certaine tolérance. Seules de plus fortes doses et une utilisation plus fréquente réussiront à créer un effet similaire.

De nos jours, la cocaïne constitue une entreprise internationale multimilliardaire. Les consommateurs appartiennent à toutes les catégories d’âges, professions et couches sociales et peuvent même être des écoliers âgés de 8 ans.

La consommation de cocaïne peut mener à la mort par déficience respiratoire, apoplexie, hémorragie cérébrale et crise cardiaque. Les enfants de mères cocaïnomanes viennent au monde eux-mêmes dépendants. Beaucoup souffrent de déficiences et de nombreux autres problèmes.

En dépit des dangers de la cocaïne, sa consommation continue d’augmenter, probablement parce que les consommateurs deviennent dépendants très rapidement.

1.Lorsque la drogue se présente sous forme de cristaux, on l’appelle du « crack ». Pour plus d’informations, voir La vérité sur le crack dans cette série.

NOMS COURANTS

COCAÏNECocoBaseBigornette

Blanche neige

CCharlieCokeDust

Corinne

Henry VIIILigneNeigeReniflette

Respirette

RocksTootScorpion  

 

STATISTIQUES INTERNATIONALES

Le trafic de cocaïne occupe le deuxième rang des trafics de drogues illégales dans le monde. Les statistiques les plus récentes montrent que les saisies internationales de cocaïne ont continué à augmenter et représentent maintenant un total de 756 tonnes, les plus grandes quantités ayant été interceptées en Amérique du Sud, suivie de l’Amérique du Nord.

D’après l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT), la cocaïne est également la deuxième drogue illégale la plus consommée en Europe. Parmi les jeunes gens (de 15 à 34 ans), on estime que 7,5 millions ont pris de la cocaïne au moins une fois dans leur vie, 3,5 millions l’année dernière et 1,5 million le mois dernier.

Aux États-Unis, l’enquête nationale de 2006 sur la consommation de drogue et la santé indique que 35,3 millions d’Américains âgés de 12 ans et plus ont déclaré avoir consommé de la cocaïne. Parmi les jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans, le taux de consommation a été de 6,9 % l’année précédente. Parmi les élèves du secondaire, 8,5 % des élèves de terminale avaient déjà consommé de la cocaïne à un moment donné, selon l’étude « Monitoring the Future » menée en 2006 par l’Institut national de la toxicomanie.

Aux États-Unis, la cocaïne reste la drogue la plus fréquemment signalée au Réseau d’alerte sur la toxicomanie par les services d’urgence des hôpitaux. En 2005, 448 481 admissions aux urgences impliquant la cocaïne ont été enregistrées aux USA.

« Mon ami se droguait depuis quatre ans, dont trois ans avec des drogues dures comme la cocaïne, le LSD, la morphine, et aussi des antidépresseurs et des antidouleurs. En fait, tout ce qu’il pouvait trouver.  Il se plaignait tout le temps de terribles douleurs physiques, et cela a empiré, à un tel point qu’il est finalement allé voir un médecin.

« Le médecin lui a dit qu’il ne pouvait plus rien faire pour lui, étant donné l’état de détérioration de son corps, et qu’il était condamné. Quelques jours après, il était mort. »
Dwayne

POURQUOI LA COCAÏNE REND-ELLE SI DÉPENDANT ?

Après la méthamphétamine,2 la cocaïne est la drogue qui crée la plus grande dépendance psychologique. Elle stimule des centres de plaisir du cerveau et provoque une incroyable euphorie.

La dépendance à la cocaïne se développe rapidement — très vite, le toxicomane ne ressent plus autant de plaisir s’il n’augmente pas la dose de cocaïne.

MÉLANGES MORTELS

La cocaïne se consomme parfois avec d’autres drogues : tranquillisants, amphétamines,3 cannabis, héroïne ou alcool. Ces mélanges augmentent considérablement les risques liés à la prise de cocaïne. Outre le risque de développer une dépendance à plusieurs drogues, la personne peut facilement fabriquer un mélange qui pourrait s’avérer mortel.

« Je n’avais plus d’avenir. Je ne voyais pas comment me sortir de cette dépendance à la cocaïne. J’étais perdue. J’enrageais mais j’étais incapable d’arrêter. J’avais des hallucinations, la sensation que des bestioles rampaient sous ma peau. Je les sentais chaque fois que je me shootais et je me grattais jusqu’au sang avec la pointe de ma seringue pour qu’elles s’en aillent. Une fois j’ai tellement saigné qu’on a dû me conduire d’urgence à l’hôpital. » Susan

2.méthamphétamine : un stimulant créant une forte dépendance du système nerveux (cerveau et moelle épinière).
3.amphétamine : un stimulant du système nerveux central, souvent appelé « speed ».

LES EFFETS DE LA COCAÏNE

Quels sont les effets de la cocaïne à court terme ?

La cocaïne provoque un effet euphorisant bref et intense, immédiatement suivi d’une profonde dépression, d’une grande nervosité et d’une dépendance incontrôlable. Les consommateurs réguliers mangent et dorment mal. Cette drogue peut générer une forte accélération du rythme cardiaque, des spasmes musculaires et des convulsions. La drogue peut rendre les gens paranoïaques,4 en colère, hostiles et anxieux, même quand ils ne planent pas.

Quelles que soient la quantité prise et la fréquence de consommation, la cocaïne augmente les risques de crise cardiaque, d’apoplexie, d’attaques ou d’insuffisance respiratoire, qui peuvent entraîner une mort brutale.

Quels sont les effets à long terme de la cocaïne ?

À l’origine, le mot « toxicomane » a été créé pour décrire les effets secondaires négatifs de la consommation régulière de cocaïne. Comme la tolérance à la drogue augmente, il devient nécessaire d’en prendre des quantités plus importantes pour obtenir le même effet. Un usage quotidien prolongé peut conduire à l’insomnie chronique (incapacité à dormir) et à la perte d’appétit. On peut devenir psychotique et être victime d’hallucinations.

Comme la cocaïne interfère avec les réactions chimiques du cerveau, on a besoin d’une consommation plus importante, simplement pour se donner l’impression d’être normal. Les personnes qui deviennent dépendantes à la cocaïne perdent tout intérêt pour les autres domaines de la vie.

La « descente » provoque une dépression si grave que les cocaïnomanes sont prêts à faire n’importe quoi, y compris tuer, pour se procurer leur dose.

S’ils ne l’obtiennent pas, la dépression risque de devenir si intense qu’elle peut les conduire au suicide.

Effets à court terme

  • Anorexie (perte d’appétit)
  • Augmentation du pouls, de la pression sanguine, de la température corporelle
  • Vaisseaux sanguins périphériques contractés
  • Accélération de la respiration
  • Pupilles dilatées
  • Troubles du sommeil
  • Nausée
  • Hyper-stimulation
  • Comportement bizarre, incohérent, quelquefois violent
  • Hallucinations, nervosité excessive, irritabilité
  • Hallucination tactile qui crée l’illusion d’avoir des insectes sous la peau
  • Euphorie intense
  • Anxiété et paranoïa
  • Dépression
  • Dépendance
  • Panique et psychose
  • Overdoses (même après une seule fois) pouvant mener à des convulsions, à des crises et à une mort subite

Effets à long terme

  • Détériorations irréversibles des vaisseaux sanguins du cœur et du cerveau
  • Tension élevée, conduisant à des crises cardiaques et à la mort
  • Détérioration du foie, des reins et des poumons
  • Destruction des tissus du nez lorsqu’elle est sniffée
  • Défaillances respiratoires si elle est fumée
  • Maladies infectieuses et abcès lorsqu’elle est injectée
  • Malnutrition, perte de poids
  • Graves caries dentaires
  • Hallucinations auditives et tactiles
  • Dysfonctionnement sexuel et organes de reproduction déficients, stérilité (hommes et femmes)
  • Désorientation, apathie, épuisement et confusion
  • Irritabilité et sautes d’humeur
  • Fréquence accrue de conduite à risque
  • Délire ou psychose
  • Grave dépression
  • Tolérance et accoutumance (même après en avoir pris une seule fois)

« Ne touchez pas à la cocaïne. J’ai passé deux ans en prison à cause de cette drogue. Et lorsque je suis sortie, la vie était si dure que j’ai recommencé à en prendre. Je connais dix filles qui sont devenues des prostituées à cause de la coke. C’est bien plus fort et dégradant qu’on ne le croit. On ne se rend pas compte sur le moment à quel point ça détruit. » Shawne

4.paranoïaques : suspicieux, méfiants ou ayant peur des autres.

LES ENFANTS : VICTIMES INNOCENTES DE LA COCAÏNE

On entend parfois : « Oui, je me drogue, mais cela me regarde ! » Mais la drogue frappe toujours d’innocentes victimes : ceux que les toxicos en manque attaquent pour se procurer leur dose, ceux qui meurent dans des accidents de voitures causés par des conducteurs sous l’emprise de ces produits.

Les premières victimes sont les enfants nés de mères cocaïnomanes. Rien qu’aux États-Unis, des centaines de milliers de bébés mis en danger par la cocaïne naissent chaque année. Les « bébés de la cocaïne » souffrent d’une série de problèmes physiques : naissance prématurée, insuffisance pondérale, retard de croissance, malformations, lésions nerveuses et cérébrales.

Les bébés présentant une insuffisance pondérale à la naissance ont 20 fois plus de risques de mourir au cours du premier mois que les bébés nés avec un poids normal, et courent un risque accru d’infirmités telles que retard mental et lésions cérébrales.

L’impact de cette tragédie humaine dans la société n’a pas encore été entièrement mesuré.

LA COCAÏNE EN QUELQUES MOTS

La coca est un des plus vieux, des plus puissants et des plus dangereux stimulants d’origine naturelle. Trois mille ans avant notre ère, dans les Andes, les Incas et les Mayas mâchaient déjà des feuilles de coca. Ils cherchaient ainsi à accélérer leur pouls et leur respiration pour lutter contre les effets de l’altitude.

Les Péruviens quant à eux n’en prenaient que lors de cérémonies religieuses. Ce tabou fut brisé lorsque les soldats espagnols envahirent le Pérou en 1532. Les Indiens, contraints de travailler dans les mines d’argent espagnoles, étaient alimentés avec des feuilles de coca, car il était alors plus facile de les exploiter.

C’est en 1859 que la cocaïne fut synthétisée pour la première fois, mais ce n’est que vers 1880 que ses effets furent reconnus par la communauté médicale.

Le psychanalyste Sigmund Freud, qui consommait lui-même cette drogue, fut le premier à promouvoir largement la cocaïne comme tonique pour traiter la dépression et l’impuissance sexuelle.

En 1884, il publia un article « Über Coca » (Au sujet de la cocaïne) qui vantait les « bienfaits » de la cocaïne, l’appelant une substance « magique ».

Toutefois, Freud n’était pas un observateur objectif. Il consommait régulièrement de la cocaïne, en prescrivait à ses amis et en recommandait l’usage généralisé.

Tout en observant que la cocaïne menait « à la déchéance physique et morale », Freud continuait à la conseiller à ses amis ; l’un d’entre eux finit par souffrir d’hallucinations paranoïaques durant lesquelles « des serpents blancs rampaient sur sa peau ».

Freud croyait également que : « Pour les humains, la dose toxique (de cocaïne) est très élevée, et il ne semble pas y avoir de dose mortelle. » En contradiction flagrante avec cette conviction, l’un de ses patients mourut de la forte dose qu’il lui avait prescrite.

En 1886, cette drogue devint plus populaire encore lorsque John Pemberton ajouta des feuilles de coca à son nouveau soda, le Coca-Cola. Les effets euphorisants et énergisants sur les consommateurs placèrent alors le Coca-Cola au premier rang des boissons sans alcool à la fin du 19e siècle.

De 1855 au début des années 1900, toutes les classes sociales usaient et abusaient d’élixirs, de toniques et de vins corsés de cocaïne et d’opium. Des gens célèbres assuraient la publicité de ces élixirs et toniques aux effets « miraculeux », comme l’inventeur Thomas Edison et l’actrice Sarah Bernhardt. La drogue devint un pilier de l’industrie du film muet. Les messages favorables à la cocaïne émanant de Hollywood incitèrent d’ailleurs des millions de personnes à en consommer.

L’usage de la cocaïne dans la société augmenta. Ses dangers commencèrent à apparaître. L’opinion publique obligea la société Coca-Cola à retirer la cocaïne de son soda en 1903.

En 1905, il était très populaire d’en priser (aspirer par le nez). Moins de cinq ans plus tard, les hôpitaux et la littérature médicale commencèrent à rapporter des cas de lésions nasales dues à cette consommation.

En 1912, le gouvernement des États-Unis dénombrait encore 5000 cas de décès liés à la cocaïne dans l’année. En 1922, la cocaïne fut officiellement interdite.

Dans les années 1970, la cocaïne émergea comme la nouvelle drogue à la mode dans les milieux du show-biz et de la haute finance. La cocaïne semblait être le compagnon parfait pour un super « trip ». Elle « fournissait de l’énergie » et aidait les gens à rester « au top ».

Dans certaines universités américaines, le pourcentage d’étudiants ayant fait l’expérience de la cocaïne a été décuplé entre les années 1970 et les années 1980.

À la fin des années 1970, des trafiquants de drogue colombiens ont commencé à mettre en place et à élaborer tout un réseau de trafic de cocaïne aux USA.

Autrefois, la cocaïne était la drogue du riche, du fait du coût élevé de cette addiction. À la fin des années 1980, la cocaïne n’était plus considérée comme une drogue réservée aux personnes aisées. Elle était alors connue en Amérique pour être la drogue créant la plus forte dépendance, synonyme de pauvreté, de crime et de mort.

Au début des années 1990, les cartels colombiens de la drogue produisirent et exportèrent de 500 à 800 tonnes de cocaïne par an, l’expédiant non seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe et en Asie. Les plus gros cartels furent démantelés par des agences de répression au milieu des années 1990, mais furent remplacés par de plus petits groupes. Aujourd’hui, il y a plus de 300 organisations connues comme étant impliquées dans le trafic de drogue en Colombie.

En 2008, le trafic de cocaïne est devenu le second trafic de drogue illégale au monde.

CE QUE LES DEALERS VOUS DIRONT

Lorsque des adolescents ont été interrogés pour savoir pourquoi ils avaient commencé à se droguer, 55 % ont répondu qu’ils l’avaient fait suite à des pressions de leurs amis. Ils voulaient être cool et populaires. Les dealers le savent.

Ils vont vous approcher comme un ami et vous proposer de vous « aider » avec quelque chose qui « va vous remonter ». La drogue vous « aidera à entrer dans le moule » ou « à avoir l’air cool ».

Les dealers, motivés par le profit, diront n’importe quoi pour que vous achetiez leurs drogues. Ils vous diront qu’avec la cocaïne, « ce sera la fête tous les jours ».

Ils se fichent pas mal de savoir si les drogues détruisent votre vie, du moment qu’ils sont payés. Ils ne se soucient que de l’argent. D’anciens dealers ont admis qu’ils considéraient leurs acheteurs comme des « pions sur un échiquier ».

Obtenez de vraies informations sur la drogue. Prenez vos propres décisions.

« Avec la coke, vous êtes comme un papillon de nuit piégé par la lumière. Elle vous attire de plus en plus et vous ne pouvez plus vous arrêter. Ce n’est pas physique. C’est dans votre tête. Plus vous en avez, plus vous en prenez. Je m’en suis injecté toutes les dix minutes. J’ai emprunté de l’argent à la banque pour en acheter. Ensuite j’ai perdu mon travail. C’était pire. Je me shootais tout le temps. Cette chose me rendait folle. Je le savais mais je continuais. Je suis devenue une vraie loque. » Marilyn

LA VÉRITÉ SUR LA DROGUE

Les drogues sont essentiellement des poisons. L’effet dépend de la quantité absorbée.Une faible quantité agit comme un stimulant (vous excite). Une plus grande quantité agit comme un sédatif (vous ralentit). Une quantité encore plus grande vous empoisonne et vous tue.C’est vrai pour n’importe quelle drogue. Seule la quantité nécessaire pour obtenir un effet change.

Mais la plupart des drogues comportent un autre risque : elles affectent directement le mental. Elles peuvent modifier la perception de l’utilisateur par rapport à ce qui se passe autour de lui. Résultat : les actions de la personne peuvent s’avérer bizarres, irrationnelles, inappropriées, voire destructrices.

Les drogues bloquent toutes les sensations, désirables ou non. Ainsi, tout en apportant une aide à court terme en soulageant la douleur, elles effacent également toute capacité et vivacité en troublant la pensée.

Les médicaments sont des drogues conçues pour accélérer, ralentir ou modifier d’une façon ou d’une autre la manière dont votre corps fonctionne, pour tenter d’améliorer son fonctionnement. Ils sont parfois nécessaires. Mais cela reste des drogues : ils agissent en tant que stimulants ou sédatifs, et en prendre trop peut vous tuer. Aussi, si vous ne prenez pas ces médicaments en respectant la prescription, ils peuvent s’avérer aussi dangereux que des drogues illégales.

POURQUOI LES GENS PRENNENT-ILS DE LA DROGUE ?

Les gens prennent de la drogue parce qu’ils veulent changer quelque chose dans leur vie.

Voici quelques-unes des raisons données par les jeunes :

  • Pour se sentir dans le coup
  • Pour s’évader ou se relaxer
  • Par ennui
  • Pour se sentir adulte
  • Pour se rebeller
  • Pour faire une expérience

Ils pensent que la drogue est une solution. Mais par la suite, la drogue devient le problème.

Aussi difficile que cela puisse être de faire face à ses problèmes, les conséquences de la consommation de drogue sont toujours pires que le problème que l’on essaie de résoudre en en prenant. La solution est de s’informer et de ne jamais commencer à prendre de drogue.

ASSUREZ-VOUS QUE D’AUTRES CONNAISSENT LES FAITS

Ces pages du site Dites non à la drogues.be reprennent le contenu de nos treize livrets de la série « La vérité sur la drogue » destinée au grand public.

Ces livrets sont gratuits et peuvent être commandés ou télécharger. Vous pouvez les donner à des amis, à votre famille et à toute autre personne qui pourrrait être aidée par les faits qu’ils contiennent.

Informez-vous sur la drogue. Prenez vos propres décisions.

Pour voir les références fournies dans La vérité sur la cocoïne ici.